cover

Watch Dogs

Article écrit par Culturemania le samedi 01 novembre 2014 à 22:03
0 personne a aiméAdd Like
Je voulais vraiment pas en arriver là. C'est à dire que j'ai incroyablement essayé de garder ma bonne foi, ma patience, ma bonne volonté. Mais le vrai sentiment qui dépassait tous les autres était caché sous cette petite question : pourquoi un jeu n'amuse pas ? Et elle est vraiment grave je trouve cette question. Ce serait comme de dire que le pain ne nourrit pas. Ou que le feu ne brûle pas. Alors j'ai quand même continué, attendu un maximum avant de venir donner mon petit avis. Mais c'en est trop, tremble Ubisoft, car on le sait, tu es capable du pire comme du meilleur. Et ce sera quoi aujourd'hui ?


Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

Type : Action/Aventure

Support : PS4 - PS3 - Xbox One - Wii U - PC - Xbox 360

J'ai acheté le jeu lorsque j'ai pu le trouver neuf à 35€ sur Amazon. Je sais que c'est mal, je n'aime pas faire ça et essaye plutôt d'aller dans ma petite boutique de la rue Taine, mais mettre autant de pognon dans un jeu que je regardais déjà comme un voyou potentiel caché dans une boîte bleue m'aurait fait mal au cul. Enfin, c'est le préjugé que j'avais. Quand j'ai vu à quel point j'ai détesté les derniers Assassin's Creed, la puce de mon oreille me disait d'y aller, mais de faire gaffe quand même. Le grand jeu arrive enfin dans ma boîte aux lettres, et je vais enfin pouvoir me faire ma vraie idée. Je suis comme tous les autres, j'ai vu les trailers, les vidéos de gameplay sur le net, et j'ai évidement été bluffé. Encore une fois, de l'open-world, même je si m'en méfie de plus en plus, et encore une fois, des promesses de jeu tout de même assez géniales. Allez calme-toi direct, je vais te faire traverser la glace.

Le jeu commence, et ça me gonfle déjà. L'histoire est merdique. Le héros (je sais même plus son nom... ah si, Aiden) est en conflit avec des méchants. Et l'un de ces méchants va menacer sa famille. Oh, c'est pas bien ça. Et Aiden va donc investiguer pour savoir qui se cache derrière tout ça. Euh, ok, donc en gros on va faire quoi ??? Oh, mais tu verras, il y a des tas de choses à faire, à voir, et à profiter dans la ville de Chicago. Donc on suit un couloir sous un stade, ça sert de tutoriel, on sort son arme, on se cache derrière des voitures en appuyant sur Croix, on attend, et on passe dans le dos du gardien. On monte, on passe dans une caméra, et on peut regarder autour. Incroyable, et surtout incroyablement inutile. On continue, en se demandant combien de temps on va être bloqué à l'intérieur sans pouvoir profiter de la ville en extérieur. C'est long, trop long, j'en ai déjà raz-la-casquette ! Je me lève sans faire pause pour aller chercher quelques madeleines et une plaquette de chocolat, ce qui est assez mauvais signe.

preview

Enfin on est dehors, et enfin on va pouvoir être ébloui par la puissance graphique du jeu ! Et oui mais non. Car en réalité, c'est beau, mais péniblement moyen. Je me souvient encore la folie qu'avait été à l'époque de découvrir Red Dead Redemption qui nous avait tous laissé sur le cul. Ici, eh bien, soit on est devenu des enfants gâtés trop bien habitués, soit c'est raté. Je pense que c'est raté, car à part la nuit où les rues colorées sont belles, ça casse pas trois pattes à un canard. Désolé, ce petit bijou n'est en fait qu'un pauvre caillou. Et le pire, c'est que même en le brisant, tu me trouveras pas la moindre pépite. Parce que si le jeu avait été intéressant, je serait pas là en train de vous parler de la puissance graphique dont on se fout royalement. Mais je me disais que ça pourrait rattraper le coup pour quelques heures de navigation dans la ville avant de remettre tout ça vite fait bien fait sur le bon coin. Bon, y'a des trucs bien quand même ? Les missions ? La suite de l'histoire ?

Les missions. Très franchement, je n'ai pas pu aller bien loin, car je me suis retrouvé à devoir me forcer à allumer la PS4 pour devoir continuer un peu plus en espérant que ce tas de merde s'améliore. Alors il y a d'abord la mission principale, le fil rouge, le scénario. On va à une fête d'anniversaire de famille à la con, puis on repart à la chasse. Ils espèrent qu'on va avoir une petite larme ? Sans déconner, The Last Of Us te tire les larmes en cinq minutes avec une vraie introduction et des personnages qui deviennent ta famille en trois minutes ! Là, c'est tel le zéro-émotion. L'idée du téléphone portable pour le suivi des missions avec un casse-couille qui t'appelle est aussi insupportable que le reste. Trop de menus, de sous-menus, d'arbres de compétences et de notions à assimiler... Donc on doit infiltrer des endroits et faire des choses mais on comprend jamais vraiment quoi. Alors on y va, on ouvre une porte et on commence à y aller mollo-molito. Puis c'est long, donc on va y aller un peu plus franco, en faisant diversion et en donnant un coup de bâton dans le dos du méchant garde. Et là niveau gameplay, on touche le fond. Faire diversion. Vous vous dites, on va lancer un caillou, faire du bruit, faire tomber quelques choses en visant. Eh bien non, on va 'pirater' une voiture pour la faire sonner, ou 'pirater' un truc électrique pour le faire exploser. Et par pirater, je veux dire appuyer sur X, tu parles d'un piratage. Tu me diras, ça te laisse le temps de manger une autre madeleine St. Michel. Aucun challenge donc. Et puis tu peux mourir, et donc devoir recommencer ce calvaire. Puis surtout, on va finir par tirer dans la tête de tout le monde, car on fait toujours la même chose. Donc à un moment, on va vouloir avancer pour aller voir à la mission suivante si l'herbe est plus verte.

preview

Les missions secondaires maintenant. Alors il doit y en avoir plusieurs, mais voici l'une des principales, récurrente. Il s'agit de détections de Bad-Ass qu'il va falloir aller capturer ou stopper. En gros, on pirate un téléphone dont la conversation nous fera remonter vers le gredin en question. On le localise sans savoir comment où si on l'a vraiment localisé, et puis l'idée est d'arriver par derrière avant qu'il commette son crime ou son délit. Et là, je ne sais même pas comment vous en parler pour être clair. Car je n'ai jamais réussit à comprendre ce qu'il se passait, et tout se terminait en "échec, le gredin vous a repéré". Bon. Je pense pas être trop débile, mais après avoir essayé plusieurs fois, j'ai toujours pas compris l'ordre des choses. Frustration de perdre sans savoir ce qu'on a fait de mal. C'est abominable. Au moins dans Mario quand tu perds, tu sais que c'est parce que t'es tombé dans un trou ou parce que t'as été moins malin qu'une tortue verte.

Tout ça pour dire que je crois que je vais définitivement arrêter les jeux dit 'AAA' ou 'Gros Titre de l'année' car il faut se rendre à l'évidence, je n'y trouve plus aucun plaisir de jeu. Y'a tellement de choses dans ces jeux qu'ils en paraissent vides. Mon seul petit plaisir aura été de piquer et conduire un camion de glaces avec du bon son à la radio. Quand je pense que la même boîte (mais pas les mêmes studios, c'est surement ce qui fait la grosse différence) est capable de faire des jeux comme Rayman Legends ou Soldats Inconnus qui coûte 14 euros !! Bon, je vais m'arrêter là, parce que je suis en train de m'emporter en repensant à mes 35 euros perdus sur cette vilaine plateforme d'achat en ligne. Mais je plains surtout les mecs qui ont lâché 70 balles pour ce titre. Parce que c'est quasiment 15 kebabs quand on y pense.

Article écrit par Culturemania le samedi 01 novembre 2014 à 22:03

Commentaires

Encore mieux, le passage dans une des missions se met tellement à ramer qu'il est impossible de la terminer... SATAN !!!!

Ecrit par Vincent le vendredi 05 décembre 2014 à 23:34

Personnellement ce que je trouve agaçant avec ce jeu c'est le fait qu'il se contredise lui même : "tiens voilà un monde ouvert a la GTA, avec tout plein de piétons inutiles - cool je vais pouvoir m'amuser a faire n'importe quoi ? - Ah non sûrement pas sinon on te rend le jeu plus chiant encore avec les appels a la police " Mais ce qui m'énerve au plus Haut point, c'est ce rythme complètement hétérogène de jeu : on fait une mission ultra dirigée très rapide et pseudo-dramatique, puis une fois qu'on est bien dedans on nous place dans un open world chiant comme la pluie et on nous balance "la suite de cette mission est a l'autre bout de la ville, dépêche toi !!" Et si l'Open world est chiant c'est parce qu'il essaye d'amener un semblant de réalisme. Sauf que la réalité c'est chiant. Dans un film d'action, on ne coupe pas le film en plein milieu pour que chaque figurant nous raconte sa vie, alors pourquoi le faire dans un jeu ? Et oui je compare jeu et film parceque le scénario de watch dogs est clairement celui d'un film, avec un héros qui perd un membre de sa famille et veut protéger ceux qui lui reste en TUANT TOUT LES MÉCHANTS.. J'ai aussi passé quelques bon moments sur le jeu, les trop rares moment ou je devais m'infiltrer dans des centres ctos, la mission en prison plutôt originale, ou le trip numérique "alone" qui est assez sympa, et les planques de gang, mais bon, c'est tout quoi. De temps en temps je le relance, ça m'amuse un quart d'heure, puis je l'arrete. Ubisoft, j'attends quand même avec impatience watch dogs 2, avec une meilleure histoire, et un open world plus dynamique. LA, vous aurez sorti un vrai jeu AAA

Ecrit par Soupir le mercredi 04 mars 2015 à 10:38

"la suite de cette mission est a l'autre bout de la ville" : exactement le genre de truc abominable qu'on ne devrait plus avoir à subir dans les jeux ! Quel intérêt à part rajouter de la fausse durée de vie à un jeu ?

Ecrit par Culturemania le lundi 09 mars 2015 à 00:15

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Day of the Tentacle Remastered

1993 les enfants ! A cette époque où le magnétoscope faisait des ravages, il fallait bien souvent une disquette de boot pour rajouter les quelques Ko de mémoire nécessaires pour faire tourner des jeux tels que Theme Park, Simon The Sorcerer ou encore Day of the Tentacle. On avait le son et les musiques à condition d'avoir une carte son à 700 francs, rien n'était gagné d'avance. Tout se méritait. On achetait les jeux sur des disquettes, plusieurs. L'installation était un balai incessant de ces petits carrés contenant 1,44 Mo de données du jeu. Une disquette foireuse et c'était la crise de nerf, surtout après avoir lâché 400 francs dans le jeu version boîte et après l'avoir attendu pendant des mois. Alors aujourd'hui, quand on voit qu'on peut le télécharger en quelques minutes pour 14 euros et que ça tourne merveilleusement bien sur une télévision Full HD, on dit que les cons qui répètent que c'était mieux avant ne savent décidément pas de quoi ils parlent et ont complètement oublié de quoi était fait ce fameux "avant". En piste les amis, on va monter dans des chiottes pour voyager dans le temps !

cover

Outlast

Éteignez la lumière, fermez la porte, tirez les rideaux, rentrez femmes et enfants, désactivez votre pacemaker, prévenez les voisins, ne quittez surtout pas votre chat des yeux, montez le son, installez-vous confortablement, et enfin, lancez Outlast. Vous aimez l'horreur, le sombre, la folie, les ténèbres, les peurs viscérales, les maisons hantées, les monstres, les expériences médicales qui tournent mal, le sang, les cris, le reportage sur le sanatorium de Waverly Hills, lieu le plus hanté des Etats-Unis, et vous étiez fan de l'émission Mystère que TF1 diffusait pour encore une fois traumatiser les gosses qui nous étions ? Alors c'est parfait, vous êtes au bon endroit.

cover

Giana Sisters : Twisted Dreams

C'est ce qu'on appelle un jeu en 2.5D. C'est pas de la 2D, c'est pas de la 3D, c'est au milieu. Mais qu'est ce que ça peut bien vouloir dire ! Voilà ma définition : c'est un jeu de plate-forme en 3D dont l'axe de déplacement du personnage se fait sur un plan 2D. C'est plus clair non ? Cela faisait trop longtemps que je ne m'étais pas amusé avec cette foutue PS4 qui prend la poussière autant qu'un Père Noël coincé dans une cheminée. Et voilà que je tombe nez-à-nez avec les sœurs Giana. Ne vous y méprenez pas, ces sœurs-là ne sortent pas d'un couvent.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !