cover

La guerre d'Alan

Article écrit par Culturemania le mardi 18 novembre 2014 à 08:23
0 personne a aiméAdd Like
Quand j'ai eu 18 ans, Uncle Sam m'a dit qu'il aimerait bien mettre un uniforme sur mon dos pour aller combattre un gars qui s'appelait Adolf. Ce que j'ai fait. Et nous, c'est cette histoire qu'on va lire, et qu'on va garder pour soi.


Auteur : Emmanuel Guibert

Edition : L'Association

"Faisons des livres. Vous raconterez, je dessinerai."

Au hasard d'une rencontre, Emmanuel Guibert s'est retrouvé à passer des après-midi en compagnie d'Alan Cope, un ancien soldat américain installé en France. Son histoire, il a décidé de la raconter dans son livre, avoir l'espoir fou qu'Alan serait toujours en vie le jour de sa première publication. Malheureusement, cela n'arrivera pas. Il aurait pourtant été fier de le voir dans la vitrine de quelques libraires.

"Quand j'ai eu 18 ans, Uncle Sam m'a dit qu'il aimerait bien mettre un uniforme sur mon dos pour aller combattre un gars qui s'appelait Adolf. Ce que j'ai fait "

L'introduction annonce la couleur, ce bouquin va être une charge émotionnelle. Je l'ai lu presque intégralement en écoutant la musique du jeu d'Ubisoft Soldats inconnus, bien qu'ici, contrairement au jeu, c'est de la deuxième guerre qu'il s'agit. Et évidement, il ne s'agit pas d'un jeu. L'histoire commence au moment où Alan était PaperBoy à Pasadena. C'était l'époque de l'attaque de Pearl Harbor par les Japonais. Très vite, à ses dix-huit ans, il reçu une lettre d'appel qui lui demandait de rejoindre les troupes, d'abord aux USA pour tests et formations, et ensuite, pour la guerre qui rugissait en Europe.

preview

Le récit va être extrêmement personnel, et c'est tout l'intérêt. Si on veut l'histoire de la deuxième guerre, on peut aller la chercher dans n'importe quel livre historique. Mais là, c'est la vie d'Alan pendant cette guerre qui va être développée. Tout tournera autour des rencontres qu'il fera, que ce soit pendant les entraînements, dans les voyages sans fin en bateaux ou sur la terre à travers l'Europe. Mais ce qui rend le tout encore plus intéressants, ce sont les petits anecdotes qu'il raconte sans arrêt. Par exemple, il nous demande si on a déjà choppé des morpions ? Alors, non pour la plupart, mais il nous raconte la douleur que c'était, et que la meilleure solution est la plus simple : tout raser !

Et on apprend aussi des trucs. J'ai appris par exemple ce que sont les balles filantes. Ce sont les balles des mitraillettes, une sur cinq ou sur dix, qui dispersent un filet de fumée permettant au tireur de voir la trajectoire de son tir, invisible sinon. C'est tout bête, mais fallait y penser. Et étrangement, on se rend compte que pendant la guerre, la plupart du temps d'un soldat était de ne pas faire la guerre. Alan et ses troupes ont passé beaucoup de temps cantonnés en Normandie, puis dans d'autres lieux jusqu'à la Tchécoslovaquie. Enfin, le papier les informant de la fin de la guerre leur parviendra, mais l'histoire continuera, avec son retour en Californie, et ses tentatives pour retrouver tous ceux qui ont croisé sa route pendant la guerre.

Article écrit par Culturemania le mardi 18 novembre 2014 à 08:23

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

L'entrevue

Un psychologue, et pas un psychiatre attention, et sa patiente. Elle voit des choses. Elle a des relations particulières et des hallucinations visuelles. Lui, il a vu quelque chose, avant de la rencontrer. Quelque chose dans le ciel, qui avait la forme d'un triangle parfait. Laissons place à la rencontre du médecin et de son patient.

cover

Riche : pourquoi pas toi ?

C'est le retour de Marion Montaigne sur Culturemania ! On en avait déjà parlé avec sa super trilogie des Tu Mourras Moins Bête, ces bouquins qui posaient des questions scientifiques pour lesquelles tout le monde croit avoir la réponse mais où en réalité personne ne l'a. Ici, on reste dans l'apprentissage mais plutôt de la sociologie, ou des sciences sociales, appelez ça comme vous voulez. Tout ça sur le fond d'une question que tout un chacun s'est déjà posée.

cover

Francis, blaireau farceur

Francis dit Hop. Francis est un blaireau. Et Francis aime se promener dans la campagne. Si bien qu'il le fait à chaque page. Et à la campagne, il fait toujours beau. Et les animaux sont heureux. Mais des fois, Francis passe par là, attrape le sida, tue ses amis, veut faire avorter son aventure d'un soir, fait des gaffes devant des amis handicapés, utilise des mères porteuses. Et puis ensuite, Francis dit Hop. Francis est un super blaireau. Et Francis aime se promener dans la campagne.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !