cover

La ville qui n'existait pas

Article écrit par Culturemania le samedi 31 janvier 2015 à 20:52
0 personne a aiméAdd Like
Quand tu sais pas trop, tu vas chez Gérard. Tu pousses la porte, il fait froid malgré le petit chauffage posé dans l'entrée, et tu commences à fouiller. Lui te laisse tranquille, et vient te voir aux premiers signes. Tu sais jamais ce que tu vas trouver. Des bacs pleins, devant, derrière, sur le côté, de l'autre côté, des premiers numéros, des trucs en vrac. C'est de l'occasion, mais de l'occasion propre. Et il a l'air de tout connaitre et de tout avoir lu. Je cherchais un titre en rentrant, je suis ressorti avec quatre autres. Tu vois, quand tu sais pas trop, tu vas chez Gérard.


Scénario : Pierre Christin

Dessins : Enki Bilal

Edition : Dargaud

Et parmi ces quatre titres, il y avait La ville qui n'existe pas, de Bibal et Christin. Je ne connaissait pas du tout, même s'il parait que c'est assez connu. La couverture m'a tout de suite plu et les premières planches de cette ville du nord aussi.
Paulo est un gosse des Flandres. Ses parents, c'est Georges et Marcelle. Georges, comme tous les hommes de la ville, travaille à l'usine mais il est en grève. Il n'a plus de boulot, et heureusement que Marcelle assure le coup en faisant du prêt-à-porter depuis la maison. Y'a plus une thune à la maison. Pour couronner le tout, la grève avec les copains tourne mal parce que le vioque qui dirigeaient toutes les usines de la région vient de claquer à 93 ans tout de même. Fallait s'il attendre. Pendant ce temps, Paulo continue d'aller à l'école en sautant dans les flaques d'eau et en rêvant du jour où il pourra se payer un tour de manège.

Mais les rapaces qui veulent reprendre l'affaire vont devoir se la coller sur l'oreille. Le vieux avait tout légué à sa fille, une femme sinistre qui a l'air de sortir d'un marais dégueulasse. Elle déboule en ville, regrettant son bord de mer, son sable et ses coups de vent dans la tronche. Elle doit reprendre tout ce bazar, en jonglant avec les espiègles qui vont vouloir profiter de la situation. Mais la dame ne compte pas se laisser faire, car elle a un projet bien plus grand que simplement refaire tourner les usines. Tenez-vous bien : Madame veut créer une cité nouvelle, utopique, où tout ne serait que fête et merveille. Une sorte de ville sous cloche qui viendrait remplacer le taudis qu'est devenu l'ancienne. Voilà un truc qui risque de ne pas trop plaire à Paulo, surtout si son père décide de ne pas suivre le mouvement. Plutôt pêcher dans les marécages que de vivre sous une cloche déguisé en arlequin de mes deux.

Place aux dessins :

preview
preview
Article écrit par Culturemania le samedi 31 janvier 2015 à 20:52

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Sans issue : Bienvenue à Christmasland

Joe Hill ? Ça ne vous dit rien ? Et pourtant, on en a déjà parlé ici avec les BD Locke & Keys. Sous ce nom se cache tout simplement l'un des fils de Stephen King. Entre Joyland et Sans issue, ils ont eu leur période fête foraine dans la famille. Parce que ouais, deux choses m'ont fait acheter ce bouquin sans réfléchir : Joe Hill et les fêtes foraines.

cover

L'avenir en commun ?

Cet article ne sera pas un article comme les autres. Déjà parce qu'il s'agit d'une interview, mais peut-être aussi parce que l'époque que nous vivons n'est pas une époque comme les autres. Tant qu'il y aura un être humain pour regarder par-delà l'horizon, les hommes mourront mais les idées resteront. Nous sommes un peuple unique nous, les Français. Rendez-vous compte. En 1793, on a inscrit dans notre constitution : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

Voyez la puissance de cette phrase et de chacun de ses mots qui ont une résonnance si particulière de nos jours. J'en ai des frissons à chaque fois tout comme lorsque je relis les autres articles. Nous vivons dans un pays formidable, on a de quoi être fier et avoir les yeux qui brillent. Il m'a fallu 30 ans pour le comprendre pleinement. Alors aujourd'hui, voilà qu'un autre événement déboule, comme sorti de nulle part et qui pourtant a dû commencer à mûrir il y a un bon moment. Car cela fera indéniablement partie de cette extraordinaire démonstration de force, d'intelligence et de talent du mouvement conscient qui est en train de se construire autour de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise et qui pourrait bien en faire tomber plus d'un de sa chaise le 23 avril 2017 au soir. Et maintenant, place à l'art, allons rencontrer les trois personnes qui ont sorti de leur établi ce qui nous fait nous dire que maintenant, il ne manque plus qu'un jeu vidéo pour être au complet.

cover

Mattéo - Deuxième époque

On continue avec l'histoire de Mattéo, fils d'anarchiste Espagnol qui se planque dans son pays d'origine pour fuir la police Française après sa désertion. Mais ce qu'il a bien fait. Il fait donc le zouave de temps en temps derrière les Pyrénées, mais cette fois-ci, c'est du sérieux : lors d'une visite à sa mère, il lui annonce qu'il va partir à Pétrograd avec Gervasio, un ancien ami de son père. Là-haut, la révolution est en marche, tout est à faire, et l'imagination future créera le nouvel espoir du monde à venir.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !