cover

Le Playboy

Article écrit par Culturemania le dimanche 01 février 2015 à 22:19
0 personne a aiméAdd Like
Si on connait Chester Brown, on sait l'orientation que va prendre ce bouquin. Sinon, on peut s'imaginer que ça va parler d'un mec qui se prend pour un playboy à la con et qui va se faire massacrer par les chevelus du collège. On pense qu'on va suivre ce connard jusqu'au volant de sa décapotable et le voir s'enfiler des rails de coke sur la table basse du salon de beau-papa. Bon, non, j'arrête tout de suite car je ne veux pas que vous partiez. Je vais tout de suite vous donner envie de continuer : on va parler d'un ado qui découvre le magazine Playboy. Comme disait (dit ?) le public de Julien Lepers : RESTEZ !!!


Scénario : Chester Brown

Dessin : Chester Brown

Editions : Cornélius

Si vous traînez un peu sur Culturemania, vous avez peut-être déjà lu quelques trucs sur Chester Brown, notamment avec un autre de ses bouquins : Vingt-trois prostituées. Si vous avez lu ça, vous savez que les décapotables et les rails de coke, Chester n'est pas de ce bord-là. Si là-bas il se tapait des prostituées, ici on le retrouve beaucoup plus jeune. Chester a 15 ans et habite chez ses parents dans la banlieue de Montréal avec son petit frère. Alors qu'il est à l'église un dimanche matin, un seul truc l'obsède : le discours du curé. Non je blague. Ce qui l'obsède, c'est d'avoir trouvé dans une librairie un exemplaire de la revue Playboy, noyée parmi d'autres BD. Et c'est parti !

preview

Evidemment, le but ultime de sa vie est désormais d'acquérir un des numéros du fameux magazine. Il a 15 ans, et on est en 1975, pas d'internet pour trouver ce genre de truc, non non non. Il faut donner de sa personne et affronter le regard du libraire. La stratégie de Chester sera presque imparable : aller à l'autre bout de la ville dans un quartier où personne ne le connait. Manquerait plus qu'il tombe nez-à-nez avec des amis de la famille portant le dernier numéro de Playboy sous le bras. Et bin Paf, manque de bol c'est exactement ce qui va lui arriver avec Monsieur et madame Smith qui viennent à la pharmacie car ce bon Monsieur Smith (pas le directeur du parc d'attractions de Scoubidou) s'est foutu un bout de bois dans l’œil en réparant la tuyauterie de sa maison. Le moment est passé, Chester Brown a enfin en sa possession un exemplaire du magasine sacré. Il n'y a plus que lui et elles.

La suite est assez crue, comme à son habitude mais tellement géniale à lire ! Il nous explique ses stratégies pour ne pas se faire attraper par ses parents, son frère, sa voisine ou même ses copains d'école. Il continuera à acheter les exemplaires des mois suivants, et ce pendant des années, les planquant souvent sous une grosse planche dans les bois voisins de sa maison. Playmate après Playmate et grâce à un Chester miniature doté d'ailes diaboliques prenant en charge la narration, il nous explique sa honte, son dégoût de lui-même, sa culpabilité. Et c'est assez adroit. Les dessins sont toujours simples, drôles et vont droit au but. Chester va évidement découvrir qu'il n'est pas le seul dans cette situation. Ils sont nombreux à 15, 16 ou 17 ans, à remplir des cartons de Playboy et à les planquer aussi bien que le butin de la mafia polonaise.

Article écrit par Culturemania le dimanche 01 février 2015 à 22:19

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Les mauvaises gens

Après avoir parlé de son autre BD Rural, Etienne Davodeau nous plonge dans sa région des Mauges, à une époque où beaucoup de choses étaient à faire concernant le travail des ouvriers en France. Il va à la rencontre d’un couple, Marie-Jo et Maurice pour enquêter sur les raisons qui a fait d’eux des militants sur plusieurs fronts. On est dans les années 50, et le livre va nous amener jusqu’en 1981, l’élection de François Mitterrand.

cover

Les aventures de Tintin : Le crabe aux pinces d'or

Décidément, les BD nous montrent vraiment des choses qui ont été masquées dans les dessins animés de France 3. Par exemple, on n'a jamais vu Tintin bourré à l'écran. Et pourtant ! Quelle chance donc ! Et j'ai eu aussi la chance de relire cet album dans sa version "fac-similé" de l'édition Belge originale de 1943. Je ne connaissais même pas ce terme. Donc si vous êtes comme moi, sachez qu'il s'agit d'une réplique officielle de l'édition originale que l'on peut trouver aux alentours de 20€, contrairement aux centaines voire aux milliers d'euros que coûtent les vraies éditions originales.

cover

Locke and Key

C'est complètement à chaud que je viens vider mes mots sur une série de BD que je viens à peine d'attaquer. Je termine tout juste le volume 1 après l'avoir attaqué il y a une grosse heure, et je ne sais pas ce qui m'empêche de lire le volume 2 tout de suite, maintenant ! Une chose est sûre, ça va être addictif. En piste, nous faisons route vers la petite ville de LoveCraft dans le Massachusetts. Bienvenue dans la maison. Bienvenue à KeyHouse.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !