cover

Le Tueur

Article écrit par Culturemania le dimanche 01 mars 2015 à 11:15
0 personne a aiméAdd Like
Les patrons de bistrot ne sont pas tous des beaufs qui se limitent a parler de l'extrême droite, des catholiques, des bagnoles, des flics et de l'insécurité. Ils ne sont pas tous dans le 'c'était mieux avant'. Le mien a d'extraordinaires sujets de conversation, et l'un d'eux est la BD. Alors la semaine dernière, il m'a apporté les trois premiers tomes d'une série que je ne connaissais pas en me disant que le type de cette BD lui faisait penser à moi. Alors voyons voir ça. Je précise que ce patron de bistrot ne porte pas la moustache.


Scénario : Matz

Dessins : Luc Jacamon

Editions : Casterman Ligne Rouge

Froid et méthodique. Pour commencer, voilà sa vision des choses, des gens, des autres :

Je ne suis pas quelqu'un de méchant, ni de particulièrement gentil. Mon idée de la gentillesse, c'est de foutre la paix aux autres, et tout ce que je demande, c'est que les autres me foutent la paix. Tous les autres : les hommes, les femmes, la famille, les chiens, les oiseaux, tout le monde.

Son métier est donc de dessouder des gens, façon Léon, et de récupérer le pognon. Rien d'autre ne l'intéresse et il ne veut rien savoir. Donne-moi un nom. Le boulot sera fait. Et on parle là de centaines de milliers de dollars. Il travaille souvent au fusil sniper, et quelques fois au couteau, mais là, on va déjà trop loin. Ce qu'il y a de bien avec ce monde, c'est que beaucoup de notables riches ont fait leur apparition. Et ce qui est merveilleux là-dedans, c'est qu'ils se gênent les uns les autres. Il faut bien quelqu'un pour faire le sale boulot, même si notre tueur travaille de manière aussi soignée qu'un chat faisant sa toilette. Pas de trace, pas de preuve, pas de témoin, rien. Un coup, un seul, et le travail est terminé.

Je n'ai pas d'heure de pointe, je ne vais pas au burlingue tous les jours, je n'ai pas un petit chef qui me brise les couilles et j'ai autant de temps libre que je veux. Que demander de plus ?

Mais que faire de tout ce pognon sans se faire chopper ? Simple, se payer une vie ailleurs, bien loin de tout ça, là où les habitants vous prendront pour un riche étranger venu passer sa jeune retraite. C'est dans un coin pommé du Venezuela que le tueur a décidé de s'acheter une baraque avec un terrain autour et une femme dedans. Il y retourne de temps en temps, persuadé qu'il vient d’honorer son dernier contrat... jusqu'au suivant.

Alors évidement, il n'y a pas 13 tomes pour montrer simplement un mec qui enchaîne les contrats d'assassinat. Mon patron de bistrot préféré m'a passé les 3 premier tomes, et l'histoire se complexifie déjà. En 3 tomes, il a déjà failli se faire choper (enfin... ouais, de loin mais bon, le bon bougre de flic a fini en entrailles pour les crocodiles). C'est pas tout le monde qui peut survivre au Venezuela. Il a failli se faire doubler par un de ses enculés de commanditaires qui l'a envoyé au ski avec une autre tueur missionné de tuer le tueur (vous suivez ?). Et il est tombé entre les mains d'une famille qui trempe dans la drogue comme le chocolat trempe dans du lait. Ca se lit assez vite, 30 minutes par tome environ, et donc on les enchaîne ! Je vais passer au quatrième dès que je peux mettre la main sur la série complète. Car si le tueur ne peut pas s'arrêter de tuer contrat après contrat, moi je ne peux pas m'arrêter de lire qu'il ne peut pas s'arrêter de tuer.

preview
preview
Article écrit par Culturemania le dimanche 01 mars 2015 à 11:15

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Paul à la pêche

Il fait toujours pas beau, les mauvaises nouvelles de l'actualité nous filent envie d'aller vivre sous l'eau avec le peuple sous-marin qu'on nous cache depuis si longtemps, et pourtant. Et pourtant, il est encore temps d'avoir le sourire grâce cette fois à ce cher Michel Rabagliati. Italien ? Non, Québécois. C'est l'histoire de Paul qui part à la pêche. Et c'est la meilleure histoire que j'ai pu lire ces derniers temps.

cover

Riche : pourquoi pas toi ?

C'est le retour de Marion Montaigne sur Culturemania ! On en avait déjà parlé avec sa super trilogie des Tu Mourras Moins Bête, ces bouquins qui posaient des questions scientifiques pour lesquelles tout le monde croit avoir la réponse mais où en réalité personne ne l'a. Ici, on reste dans l'apprentissage mais plutôt de la sociologie, ou des sciences sociales, appelez ça comme vous voulez. Tout ça sur le fond d'une question que tout un chacun s'est déjà posée.

cover

Les aventures de Tintin : Tintin au Congo

Voilà une BD qui est dans ma bibliothèque depuis bien longtemps. Je ne l'avais encore jamais lue ni même ouverte. J'avais peut-être trop peur de ce que j'allais y trouver. Au final, à part de l'encre et du papier, je ne pouvais pas y trouver grand chose de plus. Et bien si, car le miracle de l'esprit est de transformer l'encre et le papier en histoire. On sait que celle là va être bien chargée en négros et autres ya-bon-missié, mais il y a autre chose qui m'a paru presque plus ignoble. Si si, c'est possible !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !