cover

Les mauvaises gens

Article écrit par Culturemania le lundi 16 juin 2014 à 20:03
0 personne a aiméAdd Like
Après avoir parlé de son autre BD Rural, Etienne Davodeau nous plonge dans sa région des Mauges, à une époque où beaucoup de choses étaient à faire concernant le travail des ouvriers en France. Il va à la rencontre d’un couple, Marie-Jo et Maurice pour enquêter sur les raisons qui a fait d’eux des militants sur plusieurs fronts. On est dans les années 50, et le livre va nous amener jusqu’en 1981, l’élection de François Mitterrand.


Scénario / Dessins : Etienne Davodeau

Edition : Delcourt

Le principe veut qu’Etienne passe une année avec les gens qui vont être le sujet de ses BD. C’était déjà le cas dans Rural avec l’histoire des 3 agriculteurs et de l’arabe du Bignon en péril face à une sombre histoire d’autoroute. Ici, il retourne sur ses terres natales pour comprendre comment sont arrivés la remise en question des conditions des ouvriers. A cette époque, la région est profondément catholique, et les premières grèves ouvrières vont finir par arriver. La CFDT sera créée, mais le vrai choc pour l’époque, c’est lorsque même des gens d’église vont se lier à la cause des ouvriers, affrontant ainsi les patrons. Inimaginable à l’époque. Alors je ne vais pas trop m’étendre, car c’est vraiment une aventure à vivre, très détaillée, très profonde, un peu comme une campagne présidentielle qui durerai 30 ans. On traverse tout ça en se rendant compte que oui, des gens ont passé 20 ans à coller des chaussures chez ERAM. Je vous laisse aussi découvrir qui sont réellement Marie-Jo et Maurice. Je me suis laissé piégé, complètement naïvement, mais c’était un délice. Mais surtout, cette BD m’a permis, moi qui suis né après la victoire de Mitterrand, de revivre ce moment comme si j’étais devant ma télévision, le 10 mai 1981.

Article écrit par Culturemania le lundi 16 juin 2014 à 20:03

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Tu mourras moins bête - Tome 1

Tu mourras moins bête... mais tu mourras quand même. C'est la promesse que nous fait le professeur Moustache avant de nous faire suivre ses enseignements. J'ai découvert cette BD au recoins sombre d'une interview de son auteur sur Nolife. Elle s'appelle Marion Montaigne, et nous propose aujourd'hui trois tomes afin de comprendre un peu mieux les problèmes des choses existentielles de la vie de tous les jours. Tome 1.

cover

L'entrevue

Un psychologue, et pas un psychiatre attention, et sa patiente. Elle voit des choses. Elle a des relations particulières et des hallucinations visuelles. Lui, il a vu quelque chose, avant de la rencontrer. Quelque chose dans le ciel, qui avait la forme d'un triangle parfait. Laissons place à la rencontre du médecin et de son patient.

cover

La légende des Jean-Guy

Il était une fois, il y a plusieurs lurettes, une forêt légèrement majestueuse où vivaient tout plein d'animaux, tous plus épais les uns que les autres. Parmi eux étaient les Jean-Guy, grands amateurs de Kraft Dinner sauvage, de culture et même de smout. La pastèque ré-édite ce livre qui date des années 90 lorsqu'il était publié dans le magazine Croc qui avait comme phrase clef : "C'est pas parce qu'on rit que c'est drôle".

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !