cover

Locke and Key volume 3

Article écrit par Culturemania le jeudi 31 juillet 2014 à 12:48
0 personne a aiméAdd Like
Toc toc toc ? Qui est là ? C'est le tome trois ! Ah bin évidement, je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin. Si je n'ai pas encore réussi à vous donner envie de lire les Locke&Key, j'espère que ce sera le cas après ce troisième article sur la série. J'en lis un par jour, j'ai commencé la quatrième ce matin dans le métro, mais parlons d'abord du troisième et de sa noirceur grandissante. Joe Hill nous fait basculer du côté obscur de la maison de Lovecraft.


Scénariste : Joe Hill

Illustrateur : Gabriel Rodriguez

La mère de la famille Nina commence sérieusement à décliner et à subir les ravages de l'alcool. Rappelez-vous, le petit ami de l'oncle des enfants s'est fait renversé et dans le tome 2, et elle va alors quitter Lovecraft pour aller lui rendre une petite visite, laissant les trois rejetons livrés à eux-mêmes dans la terrible maison des clefs ! Tyler est là pour veiller sur Kinsey et Bode, qui n'en finit plus de trouver de nouvelles clefs. On va passer beaucoup de temps avec eux, et vraiment, on a l'impression d'être le quatrième enfant de la famille.

Comme je l'avais brillamment prédit, Kinsey va partir à l'aventure avec ses potes de classe dans la grotte des noyés, située sous la maison des Locke. Que vont-ils y trouver ? Je te le donne en mille, pas grand chose, sinon une liste de noms. Et parmi ces noms, celui du père de Kinsey. Et dire qu'ils ont bien failli mourir pour découvrir tout ça. Mais y'a de quoi intriguer la gamine. Ça ressemble un peu à une secte d'étudiants qui auraient scellé un pacte au sang concernant le secret des lieux. On en saura surement plus, mais pour l'instant, on en est là.

preview

Lucke/Dodge est lui toujours à la recherche de la clef noire. S'il ne la trouve pas, il met par contre la main sur une autre clef qui permet d'activer une couronne, la Couronne des ombres. Elle lui permet de donner vie aux ombres de la maison en les transformant en sortes de monstres noirs. Ça va donner lieu à une chasse poursuite entre les ombres d'un côté et Tyler, Kinsey et Bode de l'autre. Kinsey ne connaissant plus la peur, semble bien s'amuser avec sa lampe de poche pour faire fuir les créatures de l'ombre. Mais alors que Bode est en danger, Tyler décide d'utiliser une clef énorme découverte plus tôt avec son jeune frère. Et là, on tourne la page et on fait : "C'est génial" ! Et ce genre de moment arrive très souvent tant les idées n'ont pas de limite ! Cette clef permet à Tyler de grandir uniformément à sa colère ! Il devient donc un géant qui ouvre la maison en deux pour sortir et aller combattre le loup noir, incarné par Lucke. Mais ça bien sûr, il l'ignore. A bataille de titans, planches de titans. Les dessins sont en pleine page pour nous faire encore plus apprécier la démesure du combat.

preview

Finalement, maman Nina revient au bercail, et trouve un beau foutoir dans la casba. Tyler noie le poisson en lui faisant croire qu'une fête avec quelques amis leur a quelque peu échappé. Et la mère qui semble toujours aussi imbibée va mettre la main sur une nouvelle clef et découvrir son secret un peu par hasard. Elle ouvre une sorte de meuble qui a le pouvoir de réparer ce que l'on met à l'intérieur. Sa canne, ses assiettes, son tabouret, tout y passe, la taille du meuble s'adapte en fonction de l'objet qu'il contient. Pratique. Mais dans sa folie, elle décide d'y mettre l'urne contenant les cendres de son défunt mari en implorant le meuble de le réparer lui aussi. Horreur, cela ne marche pas, et Nina explose l'urne par terre. Et dedans... une clef toute noire.

Article écrit par Culturemania le jeudi 31 juillet 2014 à 12:48

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Sous l'entonnoir

J'entends des pas dans les couloirs, jamais pressés. Les portes s'ouvrent, et les bruits disparaissent. J'ai un pyjama bleu, mais pas d'entonnoir. Quinze ans après, Sibylline raconte, au travers des mots d'Aline, son séjour à l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne, à Paris. C'est ce que l'on peut lire sur la quatrième de couverture de Sous l'entonnoir. Mais pour vraiment donner le ton, voilà une petite suite : c'était mon spectacle de danse. J'ai attendu que maman vienne me faire mon chignon... Elle n'est jamais arrivée. Ce jour-là, elle s'est tiré une balle de carabine dans le ventre. J'ai 7 ans, et je n'ai plus de maman. Ah voilà.

cover

Mattéo - Première époque

Beaucoup de choses ces derniers jours, mais là, c'est tout frais, alors j'en profite. On avait fait un saut dans la première guerre mondiale avec la Guerre d'Alan il n'y a pas si longtemps. On va y retourner avec Mattéo, un réfugié espagnol vivant avec sa famille dans le sud de la France, qui décide tout de même de participer au plus grand jeu de cache-cache jamais organisé dans des tranchées immondes. Comme disent le beauf : c'était mieux avant. Ou pire : avant, on savait s'amuser.

cover

L'entrevue

Un psychologue, et pas un psychiatre attention, et sa patiente. Elle voit des choses. Elle a des relations particulières et des hallucinations visuelles. Lui, il a vu quelque chose, avant de la rencontrer. Quelque chose dans le ciel, qui avait la forme d'un triangle parfait. Laissons place à la rencontre du médecin et de son patient.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !