cover

Mattéo - Première époque

Article écrit par Culturemania le samedi 24 janvier 2015 à 14:17
0 personne a aiméAdd Like
Beaucoup de choses ces derniers jours, mais là, c'est tout frais, alors j'en profite. On avait fait un saut dans la première guerre mondiale avec la Guerre d'Alan il n'y a pas si longtemps. On va y retourner avec Mattéo, un réfugié espagnol vivant avec sa famille dans le sud de la France, qui décide tout de même de participer au plus grand jeu de cache-cache jamais organisé dans des tranchées immondes. Comme disent le beauf : c'était mieux avant. Ou pire : avant, on savait s'amuser.


Scénario, dessins : Gibrat, Jean-Pierre

Edtion : Futuropolis

Le premier choc en ouvrant ce premier tome de Mattéo est visuel. Putain ce que c'est beau, ce qui me fait adorer haïr son auteur Jean-Pierre Gibrat. C'est assez rare, mais les textes seront aussi à la hauteur des dessins. C'en était dur de tourner chacune des pages tellement on veut revenir sur chaque case pour être sûr de ne pas en avoir raté une miette. Je remercie celle qui me l'a fait découvrir.

Tout commence par l'assassinat de Jaurès en première page de l'Humanité. On est donc fin juillet 1914. Mattéo et sa mère sont installés à Collioure dans le Sud de la France en tant que réfugiés Espagnol. Ils repeignent un petit bateau de couleur rouge et noire. Son père était un ancien anarchiste, antimilitariste, ce qu'est en quelque sorte Mattéo. Et alors que tous les autres partent à la guerre, avec parmi eux son pote Paulin, son statut d'espagnol ne lui offre pas ce plaisir. Il n'est pas engagé d'office dans cette guerre qui était supposée durer quelques semaines grand maximum. Bin ouais tu verras, on jouera à cola maya avec les Boschs avant la fin de l'été.

preview
preview

Puis évidement, il y a Juliette. Et à ses yeux, un homme qui ne part pas à la guerre alors que tous y vont... Bon. Mattéo finira par prendre le train pour les tranchées boueuses et puantes dans l'idée de se transformer le plus tard possible en cadavre pour les Allemands. Les barbelés, les obus, les balles, le sang, la merde, Mattéo va se retrouver mêlé aux autres hommes, en tout cas à ceux qui sont toujours en vie pour partager une soupe. Les autres, les morts dans les barbelés, quels étaient leurs noms ? Qui sont-ils ? Personne ne le sait. Ils sont nous, dans quelques heures ou dans quelques jours.

Les infirmières, des petits anges tolérés dans l'arrière-boutique de l'enfer.
preview

Comme pour beaucoup, la guerre fera pour Mattéo une pause à l'hôpital où il rencontrera Amélie, une infirmière qui n'en peut plus d'écrire à son homme et de voir tous ces autres revenir en piteux état. Mattéo devra retourner à la guerre. Autant tuer Joffre et Pétain tout de suite. Il repassera voir sa mère avant de repartir dans deux jours sur le front. Mais c'est sans compter sur Paulin, la bouteille, sa mère, et le petit bateau qu'ils avaient fini de repeindre, ce petit bateau de couleur rouge et noire. Viennent-ils de le condamner à mort ? Comme dit Paulin : "T'es plus facile à convaincre quand tu dors".

Quelquefois, Amélie surveillait notre sommeil. Toute sa souffrance remontait à la surface en petites bulles de sanglot qui éclataient. La guerre faisait sa popote.
Article écrit par Culturemania le samedi 24 janvier 2015 à 14:17

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Vingt-trois prostituées

Evidemment, le titre ne passe pas inaperçu. A part si c’est un titre hautement métaphorique, on sent bien que ça ne va pas trop parler de poésie là-dedans. Combien de personnes achèteraient un pavé qui parle de poésie ? Trop peu malheureusement. Et combien de gens achèteraient un pavé qui parle d’un gars qui va aux putes ? Réponse ouverte. C’est ce que je me suis dit en trouvant ce roman graphique dans ma librairie préférée de l’est parisien.

cover

L'histoire du corbac aux baskets

Encore un truc farfelu vous allez me dire. Rien qu'a voir la couverture, on se demande déjà ce qu'on va lire. Un corbeau géant avec des baskets blanches, et un drôle de bonhomme avec un entonnoir renversé sur la tête. Qui est ce bonhomme ? Quelqu'un d'encore plus farfelu ? Un zouave ? Et pourquoi il porte un gros bouquin et un gros stylo plume ? Ah non ne me dit pas que ce type est un psychiatre ? Allongez-vous s'il vous plait, le divan est ici. Vous allez voir, tout va vous revenir.

cover

Francis, blaireau farceur

Francis dit Hop. Francis est un blaireau. Et Francis aime se promener dans la campagne. Si bien qu'il le fait à chaque page. Et à la campagne, il fait toujours beau. Et les animaux sont heureux. Mais des fois, Francis passe par là, attrape le sida, tue ses amis, veut faire avorter son aventure d'un soir, fait des gaffes devant des amis handicapés, utilise des mères porteuses. Et puis ensuite, Francis dit Hop. Francis est un super blaireau. Et Francis aime se promener dans la campagne.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !