cover

Pinocchia

Article écrit par Culturemania le lundi 16 novembre 2015 à 23:38
likeslikeslikeslikes
4 personne(s) ont aiméAdd Like
Salut à vous chers croisés et abominables agents de la perversion française ! Ouvrez une bouteille de rouge, lancez un petit Metallica avant que je ne vous parle d'une BD qui parle de la perversion totale du héros d'un conte de fées moderne de la bonne littérature pour mioches. Tout le monde connait Pinocchio, mais connaissez-vous Pinocchia ? Non ? Alors suivez ma voix car on va parler tronc d'arbre, vieux crado et gros nibards.
Culturemania, intro 314 verset 2.


Scénario : Francis Leroi

Dessin - couleur : Jean-Pierre Gibrat

Edition : Drugstore

On connait bien sûr tous l'histoire de Geppetto et Pinocchio. A la vue de leur nom, aucun doute que cette littérature est italienne. Ce bon vieux Geppetto fabrique par accident un pantin de bois qui pleure et chouine comme un vrai gosse. Sa particularité : son nez a tendance à s'allonger au fur et à mesure de ses mensonges. Mais assez parlé de cette vieille souche de Geppetto, il est grand temps de vous présenter son homologue d'infidèle : Galipetto !

preview

Son histoire commence comme commence toutes les belles histoires, par ces quatre petits mots :

"Il était une fois un vieux menuisier qui habitait dans une désolante solitude morale et physique, une pauvre masure loin du village. C'était un artisan habile et consciencieux, courbé sur l'établi de l'aube au couchant. Il tirait de ses bûches des jouets de premier choix. Le vieux Galipetto aurait pu vivre un bonheur parfait à manier la gouge et le polissoir si la nuit ne lui réservait pas les peines et les tourments."
preview

Et voilà qu'encore une fois, on va tomber dans la perversion totale. Remarquez c'est bien normal, je vous rappelle que vous êtes sur un site qui se termine par .fr alors c'est tout à notre honneur. L'histoire vous l'aurez compris est la suivante : Galipetto est tout seul dans son atelier à se faire chier comme un rat mort. Il s'emmerde tellement qu'il a le temps de faire le point sur sa vie de solitaire. Seigneur, pourquoi m'as-tu fais ainsi, pourquoi m'avoir laissé devenir un vieux schnock qui vit seul dans sa cabane ? Encore mieux car il s'emmerde à un tel point qu'il parle à son miroir qui le pousse à se sortir de là avec l'aide de la grâce du destin. Car ce soir, il fait orage, et la foudre semble tomber non loin. Et par un coup du professeur Tournesol, voilà qu'un tronc d'arbre vient s'écraser dans son atelier en passant par la fenêtre. Coup du sort ? Sûrement. C'est en tout cas l'opinion du miroir. Oui mais que faire d'un tronc d'arbre... Laissez-moi réfléchir.... Mhum... EUREKA ! Vieille branche, va me chercher la lime, la scie, la râpe et le rabot !

"Plus gros les nichons ! Plus gros !"

Je pense que vous avez deviné la suite. Galipetto passera une bonne partie de la nuit à sculpter celle qui deviendra Pinnochia. Et là où la fable rejoint cette superbe perversion, c'est le moment où cette jeune dame prend vie. "Tu es mon papa ?" viendra demander la fille de bois à son bon vieux moustachu encore endormi la tête sous la croix et son bonnet par dessus. La fille est bien en vie et elle va vite avoir la bougeotte ce qui lui fera faire le genre de rencontres qu'a dû faire Zahia dans sa vie. Je m'arrête là car je pense avoir fait une introduction suffisante pour vous filer envie de lire cette histoire. Cela dit, il y a bien une dernière chose que je pourrais vous dire pour consolider cette envie. Vous connaissez la tare de Pinnochio : son nez s'allonge lorsqu'il ment. Et bien il se trouve que Pinocchia est dotée de ce même genre de "dysfonctionnement". Je vous laisse deviner quelle partie de son corps augmente lorsqu'elle raconte des bobards. Allez, jetez-vous encore un bon coup de gnôle, imaginez les dessins des cases de cette BD et puis à bientôt pour de nouvelles aventures. Et que Vive la France bon sang de bois !

preview
Article écrit par Culturemania le lundi 16 novembre 2015 à 23:38

Commentaires

ferait un bon film d'horreur, une sculpture qui devient vivante

Ecrit par christian le dimanche 22 novembre 2015 à 09:58

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Punk Rock et Mobile Homes

Après 'Mon Ami Dahmer', Derf BackDerf nous offre ici une plongée dans le rock alternatif, underground du début des années 80. Alors que tout le monde s'extasie devant les Eagles et Ronald Reagan, il reste une poignée d'irréductibles qui savent encore reconnaître les bonnes choses. Le Baron, célébrité de la ville d'Akron, sais les reconnaitre. Place aux Clash, à Lou Reed ou aux Ramones et à toute une bande de déglingués qui s'en nourrissent, dans une ville devenue morte et où le seul endroit qui a survécu, The Bank, fait jouer les pionniers du mouvement punk-rock.

cover

Tu mourras moins bête - Tome 1

Tu mourras moins bête... mais tu mourras quand même. C'est la promesse que nous fait le professeur Moustache avant de nous faire suivre ses enseignements. J'ai découvert cette BD au recoins sombre d'une interview de son auteur sur Nolife. Elle s'appelle Marion Montaigne, et nous propose aujourd'hui trois tomes afin de comprendre un peu mieux les problèmes des choses existentielles de la vie de tous les jours. Tome 1.

cover

Sous l'entonnoir

J'entends des pas dans les couloirs, jamais pressés. Les portes s'ouvrent, et les bruits disparaissent. J'ai un pyjama bleu, mais pas d'entonnoir. Quinze ans après, Sibylline raconte, au travers des mots d'Aline, son séjour à l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne, à Paris. C'est ce que l'on peut lire sur la quatrième de couverture de Sous l'entonnoir. Mais pour vraiment donner le ton, voilà une petite suite : c'était mon spectacle de danse. J'ai attendu que maman vienne me faire mon chignon... Elle n'est jamais arrivée. Ce jour-là, elle s'est tiré une balle de carabine dans le ventre. J'ai 7 ans, et je n'ai plus de maman. Ah voilà.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !