cover

Vingt-trois prostituées

Article écrit par Culturemania le samedi 19 avril 2014 à 14:29
likes
1 personne a aiméAdd Like
Evidemment, le titre ne passe pas inaperçu. A part si c’est un titre hautement métaphorique, on sent bien que ça ne va pas trop parler de poésie là-dedans. Combien de personnes achèteraient un pavé qui parle de poésie ? Trop peu malheureusement. Et combien de gens achèteraient un pavé qui parle d’un gars qui va aux putes ? Réponse ouverte. C’est ce que je me suis dit en trouvant ce roman graphique dans ma librairie préférée de l’est parisien.


Auteur : Chester Brown

Edition : Editions Cornélius

preview

C’est en effet une partie l’histoire de son auteur canadien, Chester Brown, le jour de sa rupture avec sa petite amie du moment, Sook-Yin. C’est avec une simplicité déconcertante qu’elle lui dit qu’elle souhaiterait aller voir ailleurs, et surtout, ramener cet ‘ailleurs’ à la maison. Et Chester est le genre d’homme à dire OK. Il va partager l’arrivée du nouveau petit ami dans l’appartement avec ses deux amis dessinateurs qui sont bien sûr surpris du peu de réaction que la situation lui suscite. En effet, Chester reste impassible, et plonge sa réflexion dans ce qu’est réellement le bonheur. Il en déduit donc assez vite que l’amour tel qu’on le conçoit n’est pas l’apport principal, et que trop de gens perdent leur temps à essayer d’accéder à ce quelque chose qui nous décevra et qui ne nous comblera pas de toute façon. Que les choses sérieuses commencent.

Après des années d’abstinences, il décide que la solution qui pourrait lui ressembler serait de faire appel à des prostituées, ou plutôt, des Escort girls. Il va donc commencer à appeler timidement ces filles, en raccrochant, ou on hésitant, jusqu’à finalement rencontrer la première. Et à tout moment, Chester Brown nous plonge dans sa tête, avec les interrogations les plus simples et évidentes que l’on peut avoir en franchissant ce pas. On se retrouve a stresser avec lui lors du premier rendez-vous, et à être étrangement de plus en plus à l’aise au fil des cases, comme si on était nous-même en train d’enchaîner les coups de fils et les coups de hanches.

On retrouve alors les discussions qu’il peut avoir avec ces filles, pourquoi elles choisissent ce métier, comment le vivent-elles au quotidien. On apprend par exemple que certaines aiment regarder leur série TV entre deux passes. Chaque fille du livre existe et correspond à une des Escort qu’il a rencontré. Il a, avec une grande finesse, pris le soin de ne jamais dessiner leur visage, ou leurs signes distinctifs, comme un tatouage ou même un piercing. Les filles sont toujours vues de dos ou alors avec une bulles masquant leur visage.

preview

Niveau dessin, le trait est simple et très explicite. En même temps, qu’est-ce qu’un dessin plus évolué aurait apporté ? Rien. Chaque page est faite de huit cases égales, et on retrouve autant de chapitres que de filles (à ceci près que l’une d’entre elle revient régulièrement). Chester Brown nous offre aussi une introduction et des tas d’appendices concernant la création du livre, la réflexion autour du sujet principal, son entourage, les remarques qui lui ont été faites.

On peut donc adorer comme on peut probablement détester car il dépeint la prostitution comme un métier presque agréable, choisi, voulu et assumé. Ici, il nous montre comment cette profession est exercée et vécue en donnant la parole aux filles elles-mêmes. Libre ensuite à chacun de s'en faire son idée. A bouquiner dans les transports en commun bien sûr, car il est tout aussi intéressant de le lire que de regarder les réactions des gens autours en vous regardant le lire.

Article écrit par Culturemania le samedi 19 avril 2014 à 14:29

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Whiskey and New York

Une année. Il m'aura fallu une année avant d'arriver à me procurer Whiskey & New-York. Plus éditée, introuvable dans les librairies, introuvable sur le net à moins 86 euros d'occasion. Une vraie mission pour la Pierre Philosophale. Mais finalement la voilà, chez moi, et quelques trajets de métro après, j'ai enfin lu l'histoire de Julia Wertz qui décide de déménager sa vie de la côte ouest à la côte est des Etats-Unis.

cover

La Page Blanche

Mais qui sommes-nous vraiment ? Sacrée question moussaillon. Chacun dans sa vie fait des tas de choses, va à des tas d'endroits et rencontre des tas de gens. On écoute des quantités de musique, on regarde des films, on lit des livres, on fait des voyages et rapporte tous les mêmes photos merdiques. Et Éloïse faisait des tas de choses, allait à des tas d'endroits et rencontrait des tas de gens. Sûrement. Sauf que ce soir-là, assise sur son banc, cette petite nénette ne se rappelle plus de rien. Comment savoir qui on est lorsque ce qu’on a de particulier, c'est de ne rien avoir de particulier ?

cover

Sixteen Kennedy Express

On est en 1968 aux Etats-Unis, dans un endroit que l'on aime qualifier de trou-du-cul du monde. Comme quoi, on en trouve dans chaque pays. Du blé, du blé, encore du blé, et bientôt un nouveau centre commercial. L'attraction donc. Mais pas seulement. Car dans cette petite bourgade passera le train qui contient la dépouille du sénateur Robert Kennedy qui vient de se faire assassiner. Mais finalement, on est encore bien loin du centre de l'histoire de Sixteen Kennedy Express.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !