cover

6 milliards d'Autres

Article écrit par Nana Scleurnk le mardi 25 avril 2017 à 15:56
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Imagine qu’un inconnu te pose des questions sur ta manière de voir le monde. Qu’est-ce que la liberté pour toi ? Et l’amour ? Quel est le sens de la vie, et quel sens donnes-tu à la tienne ? C’est quoi le bonheur ? Que représente la nature pour toi ? L’argent ? Dieu ? Qu’y a-t-il après la mort ? Et si on posait les mêmes questions à ton ami ? Ton voisin de palier ? Cette personne dans la rue ? Dans un autre pays ? C’est le projet de Yann Arthus-Bertrand et de l’association Goodplanet. Interroger des êtres humains de tous horizons, de toutes cultures afin de recueillir leurs témoignages.


Par : Yann Arthus-Bertrand et GoodPlanet

Edition : Editions de La Martinière

Réalisation : Sibylle d’Orgeval et Baptiste Rouget-Luchaire

Quand j’étais enfant, je m’amusais à imaginer la vie des gens que je croisais dans la rue. Celle-ci est encore en retard à son rendez-vous parce qu’elle a dû aller s’occuper de son voisin malade. Celui-là est très malheureux car il a perdu un être cher… Lorsque j’imaginais toutes ces vies, toutes ces émotions, ces aventures d’être humains, cela me mettait le tournis. Je me sentais toute petite sur cette belle et grande planète, remplie des milliards et des milliards d’histoires singulières de ces gens aimés par les uns, haïs par d’autres, tantôt joyeux, tantôt souffrants, pris dans moult difficultés ou sereins… Toutes ces différences et toutes ces similitudes ! Cela me passionnait !

Et bien 6 milliards d’Autres, c’est tout à fait cela, à la seule différence que les témoignages et les vies présentées sont bien réelles ! Et avec un titre pareil, j’ai forcément sauté sur le livre quand je l’ai croisé à la médiathèque...
Pendant cinq années, Yann Arthus-Bertrand et son équipe ont parcouru 75 pays et on rencontré plus de 5 000 personnes pour rassembler leurs témoignages, leurs expériences, leurs points de vues sur des questions fondamentales pour l’Homme, comme la vie, la mort ou encore la transmission. Cela a donné une grande exposition présentée au Grand Palais en 2009 (mais aussi dans de nombreux autres pays !) et l’édition de ce bouquin de quelques 320 pages. Ce dernier est devenu 7 milliards d’Autres en 2012 car, comme tu le sais, la population mondiale augmente à vitesse grand V.

Le livre est donc composé de multiples témoignages plus ou moins longs d’hommes et de femmes à qui l’on a posé la même question et qui partagent avec nous un petit bout de leur histoire, un petit bout d’eux-mêmes. La photo de la personne qui se confie est jointe à chaque fois. De ces visages inconnus et ces discours forts, il ressort un je-ne-sais-quoi qui nous ramène à notre condition humaine et à la valeur de la vie. Qui nous rappelle qu’il faut se respecter les uns les autres, car il est trop facile de distribuer la souffrance. Que de la différence naît la richesse. Et surtout, cela nous fait réfléchir sur nos propres vies et notre culture occidentale.

Voilà un ouvrage bien sympa ! Je pense qu’il est préférable de ne pas le lire d’un coup car le contenu est très dense et qu’il est intéressant de prendre un temps pour chaque témoignage. Mais l’avoir sous le coude, pour le feuilleter de temps en temps, c’est une bonne idée !

Je vous laisse avec quelques paroles prises au hasard dans le bouquin, histoire de vous donner un petit aperçu !

Je ne peux pas pardonner aux politiciens d’avoir choisi de faire la guerre, voilà, c’est ça. Parce que ça n’aurait jamais dû arriver. Si quelqu’un avait besoin d’un territoire, on aurait pu l’obtenir de manière pacifique, sans faire mourir les gens, ni les réduire en cet état de pauvreté et de désolation… Ce n’était pas utile, toutes les guerres sont inutiles. Tout le monde est perdant, il n’y a pas de gagnant. Ce sont les âmes innocentes qui ont payé. En quoi mon enfant était-il fautif pour qu’on lui prenne tout et qu’il se retrouve sans rien ? Ljilja, Serbie
Ils ont tué mes deux frères sous mes yeux. Moi ils m’ont attrapée, ils m’ont frappée. Mais avant de me frapper, ils m’ont violée, et j’en garde des séquelles. Quand ils ont eu fini de me violer, ils ont voulu me faire boire un poison, mais certains les ont empêchés de me tuer si méchamment. Alors ils m’ont frappée avec un marteau. Mon handicap vient de ces coups. Ils m’écrasaient les seins, ils m’écrasaient le bas ventre, en disant « on va voir comment les Tutsies font quand elles mettent au monde ». De ça aussi je garde des séquelles. Ernestine, Rwanda
Pour être franc, l’une de mes plus grandes peurs est de perdre mon emploi. Mark, Irlande
La chose la plus difficile, c’est la sécheresse et la faim, comme l’année dernière. Darabe, Tanzanie
Que faut-il pour être heureux ? Il faut une maison, un champs pour semer le maïs, il faut un bœuf ; si on peut planter, cultiver ce qu’on veut, alors on a le bonheur. Si on ne peut rien cultiver, on n’a pas le bonheur, on a le malheur. Putali, Népal
A l’âge de treize ans je suis allée voir mes parents et je leur ai dit : « Je veux changer le monde . » Et quand j’ai dit que je voulais changer le monde, je pensais à la politique, à rentrer dans la politique. Et il me semble que, depuis, j’ai préservé cela, ce désir d’apporter un changement, de changer le monde. Sarah, Israël.
preview
Article écrit par Nana Scleurnk le mardi 25 avril 2017 à 15:56

Commentaires

Merci à vous pour cette découverte. Cordialement, Remix42.

Ecrit par Remix42 le mercredi 17 mai 2017 à 16:18

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Plaidoyer pour les animaux

Encore un bouquin qui je l'espère arrivera à élever le niveau de conscience comme on dit. Depuis que le sujet m'est arrivé, je me suis souvent demandé ce que je pouvais faire pour convaincre ce qui me semble être le bon sens le plus absolu. Finalement, la seule chose que j'ai à mon petit niveau c'est la conversation et puis la possibilité d''écrire un peu ici sur le sujet. Et puis à part quelques bornés qui résisteront avec les cafards à la catastrophe vers laquelle on fonce avec visiblement un volonté sans faille, je trouve que beaucoup, beaucoup de monde dans mon entourage semble avoir aussi été impacté par cette démarche qui est d'abord intellectuelle.

cover

H. P. Lovecraft. Contre le monde, contre la vie

Un livre de Michel Houellebecq qui parle de l'oeuvre et de la personne de Lovecraft avec une introduction de Stephen King, comment laisser ça dans le buffet ? Ni une ni deux, j'ai descendu ce bouquin comme un poivrot descendrait du coq au vin. J'ai appris beaucoup de choses et lu pas mal de trucs ignobles. De quoi faire encore de beau rêves en bavant sur mon oreiller et en repensant à l'univers et à la personne de Lovecraft, l'homme qui détestait son époque et qui aurait vomi la nôtre.

cover

Enseigner à Vivre

Aujourd’hui, les programmes éducatifs nationaux, tout comme l’éducation en général, ont une visée bien particulière : les élèves doivent avoir de bons résultats. Toujours plus, toujours meilleurs, toujours plus haut, plus efficaces dans l’étroit couloir de connaissances que des grands pontes sortis de nulle part ont choisi à leur place. A l’instar de notre société productiviste et capitaliste, il faut générer, fructifier, rapporter, exhiber dès la plus tendre enfance. Et si les élèves étaient d’abord des enfants ? Des êtres humains ? Et si pour vivre heureux, il fallait… vivre, tout simplement ? « Enseigner à vivre » est un véritable manifeste pour une refonte en profondeur de l’éducation, où l’humain est à nouveau installé à sa juste place : au cœur de la vie, au cœur du monde.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !