cover

H. P. Lovecraft. Contre le monde, contre la vie

Article écrit par Culturemania le dimanche 27 septembre 2015 à 14:36
likeslikeslikes
3 personne(s) ont aiméAdd Like
Un livre de Michel Houellebecq qui parle de l'oeuvre et de la personne de Lovecraft avec une introduction de Stephen King, comment laisser ça dans le buffet ? Ni une ni deux, j'ai descendu ce bouquin comme un poivrot descendrait du coq au vin. J'ai appris beaucoup de choses et lu pas mal de trucs ignobles. De quoi faire encore de beau rêves en bavant sur mon oreiller et en repensant à l'univers et à la personne de Lovecraft, l'homme qui détestait son époque et qui aurait vomi la nôtre.


Auteur : Michel Houellebecq

Edition : Flammarion

"Quand on aime la vie, on ne lit pas. On ne va guère au cinéma non plus, d'ailleurs. Quoi qu'on en dise, l'accès à l'univers artistique est plus ou moins réservé à ceux qui en ont un peu marre."

Et me voilà déjà conquis. Il m'en faut peu, peut-être. Ça peut paraître bizarre ou intello de lire des livres qui parlent de livres, mais celui-là est la déglingue totale du parcours de Howard Phillips Lovecraft. Déjà, si on demande à 10 personnes de donner le nom complet de Lovecraft, je pense que seule une ou deux le ferait. Je faisais partie des autres, ayant pourtant lu un bon nombre de ses nouvelles. Houellebecq a dû faire pas mal de recherches pour écrire ces 150 pages parce que Lovecraft était un drôle de bonhomme, reclus, solitaire et haineux du reste de l'humanité. Il n'a laissé quasiment aucune trace de sa vie à part ses correspondances, et peu de monde l'a connu de son vivant, ça fait donc pas grand monde pour parler de lui.

preview

Je ne vais pas vous raconter sa vie, vous n'aurez qu'à la lire dans ce livre, mais juste essayer de vous appâter un peu. Pour ceux à qui le nom de Lovecraft ne dit rien, il s'agit d'un écrivain du début du XXème siècle qui a crée un univers fantastique, gluant, infâme et dégoulinant. Ses atmosphères lugubres sont les personnages principaux de ses textes alors que ses "humains" sont toujours des victimes classiques présentes pour illustrer le monde de mort dans lequel ils évoluent. C'est souvent l'inverse dans les histoires, mais pas ici. On apprend beaucoup de choses sur son parcours, comme la fureur de la conviction de son racisme profond et de son mépris pour les autres "races". Il oppose toujours l'homme "sensible et blanc" aux "nègres hideux semblables à des chimpanzés gigantesques". Et pour ne pas faire de jaloux, il charge aussi son antisémitisme à coup de "juifs à face de rats".

"Pouvez-vous imaginer des personnes sensibles en train de se baigner à côté d'une meute de chimpanzés graisseux ?"

Son arrivée à New-York de part sa rencontre avec celle qui deviendra sa femme pour quelques années ne fera que confirmer son dégoût pour "ces choses organiques venant d'un cauchemar d'infections malsaines". De cette période de sa vie naîtra ce qu'on appelle maintenant ses grands textes, tels que L'Appel de Cthulhu, Les Montagnes Hallucinées ou encore Le Cauchemar d'Innsmouth.

"Je suis si las de l'humanité et du monde que rien ne peut m'intéresser à moins de comporter deux meurtres par page, ou de traiter d'horreurs innommables provenant d'espaces extérieurs"
Article écrit par Culturemania le dimanche 27 septembre 2015 à 14:36

Commentaires

Dans une émission de radio, un intervenant disait que Lovecraft était quelqu’un qui pouvais s’horrifier à la lecture d’un article de l’encyclopédie Larousse. C’est bien dit, et ça résume l’impression que j’avais pu avoir à l’époque, à la lecture de Dans l’Abime du Temps ou des Montagnes Hallucinées. Il peut passer 10 pages à décrire une forme de vie inconnue et civilisée juste en ponctuant de termes du style (horrible » ou « affreux », là où « fascinant » et « extraordinaire » passerait tout aussi bien. C’est encore une manière d’illustrer inconsciemment son aversion pour tout ce qui est autre que semblable à lui, même sur ces nouvelles qui sont tardives et donc plus mûres et moins chargées en cet antisémitisme tellement inepte qu’il gâche une bonne partie de son œuvre. Au-delà de tout ça, quelle approche unique de la peur, mystique et cérébrale !

Ecrit par Sowilo le dimanche 27 septembre 2015 à 15:07

Oui, et j'avais trouvé certaines pages vraiment longues à lire, mais parce que je faisais l'erreur d'essayer de retrouver chez lui ce que je trouvais chez Stephen King. Je pense que je vais m'y replonger un de ces quatres.

Ecrit par Vincent le dimanche 27 septembre 2015 à 19:42

je vais de ce pas m'acheter un tome pour connaitre cet homme

Ecrit par christian le samedi 03 octobre 2015 à 12:03

Qui ? Lovecraft ou Houellebecq ? :)

Ecrit par Vincent le vendredi 16 octobre 2015 à 11:45

Lovecraft, biographie impressionnante et livres adapté au cinéma

Ecrit par christian le jeudi 22 octobre 2015 à 11:42

je viens de m'acheter de H.P Lovecraft . L'horreur dans le musée . L'horreur dans le cimetière .Le mythe de Cthulhu et L'appel de Cthulhu

Ecrit par christian le mercredi 02 décembre 2015 à 17:35

ce mec, ces textes, ça fout vraiment les jetons

Ecrit par christian le samedi 16 janvier 2016 à 14:05

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Enseigner à Vivre

Aujourd’hui, les programmes éducatifs nationaux, tout comme l’éducation en général, ont une visée bien particulière : les élèves doivent avoir de bons résultats. Toujours plus, toujours meilleurs, toujours plus haut, plus efficaces dans l’étroit couloir de connaissances que des grands pontes sortis de nulle part ont choisi à leur place. A l’instar de notre société productiviste et capitaliste, il faut générer, fructifier, rapporter, exhiber dès la plus tendre enfance. Et si les élèves étaient d’abord des enfants ? Des êtres humains ? Et si pour vivre heureux, il fallait… vivre, tout simplement ? « Enseigner à vivre » est un véritable manifeste pour une refonte en profondeur de l’éducation, où l’humain est à nouveau installé à sa juste place : au cœur de la vie, au cœur du monde.

cover

Faut-il manger les animaux ?

Le titre a le mérite d'être clair. La question ne peut pas se poser plus simplement. Mais je vous vois venir, bouffeurs de barbaque qui en ont plein le dos de ces cons de végétariens moralisateurs ! Quoi de plus pénible qu'un végétarien qui s'assoit à votre table avec la ferme intention de vous pourrir votre bonne entrecôte-frites ? C'est vrai qu'ils nous font chier hein ? Et bien ça tombe bien, car Jonathan Safran Foer ne se définit pas comme un végétarien mais comme un omnivore sélectif. Sentez toute l'intelligence qui se cache derrière ces deux petits mots.

cover

Le livre noir de l'agriculture : Comment on assassine nos paysans, notre santé et l'environnement

Voilà un livre que tout le monde devrait lire. S'il y a un truc qu'on a tous en commun, malgré tous les efforts que font certains pour pointer nos différences, c'est bien la bouffe. Certains n'ont pas cette chance, mais pour nous, c'est deux ou trois fois par jour. On s'assoit, on prend nos fourchettes, nos baguettes ou simplement nos doigts et on se régale de nos assiettes. Et si jusque-là on faisait ça de manière insouciante, les choses sont devenues tellement graves qu'il est évident qu'elles doivent changer.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !