cover

Antigone

Article écrit par Culturemania le vendredi 06 janvier 2017 à 21:31
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Jusqu'à mes 18 ans, j'ai détesté la lecture. J'accuse directement l'école qui n'a pas su me faire découvrir la richesse les livres et de leur diversité. Tant de bouquins poussiéreux nous ont été présentés. Tantôt des romans autobiographiques à vomir, tantôt des pièces de théâtre qui n'avaient aucune chance d'intéresser les ados que nous étions. Et puis, si je sais que je ne rouvrirai jamais les Confessions de Rousseau, il y a d'autres lectures qui peuvent être relues et appréciées pour ce qu'elles sont car elles peuvent être réellement comprises aujourd'hui.


Auteur : Jean Anouilh

Si Antigone nous apprend une leçon, c'est bien celle du pouvoir de dire non. Le royaume de Créon n'aimera pas, mais le pouvoir de dire non fera d'Antigone Reine à la place du Roi. Le roi Créon deviendra face à ce pouvoir son propre sujet, relayé au rang de cuisinier, de bouffon, de désespéré, de désemparé. Où se trouve le bonheur de dire oui toute sa vie, la laissant alors aller se dérober la bouche ouverte et l'esprit absent ? Souvenez-vous, on a tous dit non, dès notre naissance. Quelle est la première chose que l'on fait en arrivant ? On hurle. Et ensuite, et bien, les parents qui me lisent le savent très bien : on dit non. Et on dit non à tout ! T'as faim ? Non. Tu veux manger ? Non. Tu veux aller au lit sans manger ? NON. Voyez, on dit non, et on a ce pouvoir depuis toujours. Tu reprendras bien encore des huîtres ? Mais Non !

Antigone c'est ça. C'est le pouvoir d'être la nièce du Roi Créon et de pourtant pouvoir dire non à une chose qui lui parait injuste. La faute lui sera pardonnée de par son rang ? C'est bien ce que pense Créon et probablement une majorité du peuple, mais pas Antigone. C'est justement par sa condition qu'elle espère bien être punie comme tout le monde.

Moi, je peux dire non encore à tout ce que je n'aime pas et je suis seul juge. Et vous, avez votre couronne, avec vos gardes, avec votre attirail, vous pouvez seulement me faire mourir parce que vous avez dit oui.

Bon grosso modo, c'est quoi tout ce bazar qui peut sembler bien abstrait ? J'y viens car derrière chaque concept se cache quelque chose de très concret. Ici, c'est un cadavre en putréfaction qu'on laisse pourrir au soleil. Pour faire simple, Etéocle et Polynice, les fils d'Oedipe, se disputent le royaume une fois leur père mort. Ils avaient prévu de se le partager comme une garde en alternance, une année chacun. Mais l'affaire tourne mal. Créon prend le pouvoir, offre une sépulture digne à Etéocle et tâchera de faire pourrir le cadavre de ce voyou de Polynice en plein cagnard. Quiconque osera tenter de lui offrir une tombe décente sera puni à mort.
Petit détail qui a son importance : Antigone était la sœur de ces deux gredins. Et c'est là qu'entre en scène la rébellion de l'esprit de celle qui ne va pas se soumettre à la volonté de son Roi en osant lui dire non et en se risquant à aller la nuit gratter la terre pour ce pauvre Polynice.
Je vais encore râler, mais mes professeurs n'étaient pas doués. Car il y avait des tas de façons de nous présenter ce bouquin en apparence poussiéreux et ennuyeux écrit sous la forme d'une pièce de théâtre. L'idée qui est là-dedans auraient pu passionner les rebelles en mobylettes que nous étions. Dire non à son Roi, dire Fuck au pouvoir pour défendre sa liberté de conscience et de jugement quitte à en payer le prix fort. Ou alors c'est qu'on était vraiment des sales merdeux, pas prêts à ce genre de lecture. Je penche plutôt pour cette raison quand je vois tous les sujets qui me passionnent aujourd'hui et que je détestais jadis. "Jadis", voilà encore une mot que je pensais ne jamais pouvoir prononcer.

Article écrit par Culturemania le vendredi 06 janvier 2017 à 21:31

Commentaires

Excellent article

Ecrit par Remix42 le lundi 09 janvier 2017 à 17:21

Ptain c'est sûr qu'on ne nous a pas vraiment inculqué le goût de la littérature dans notre cursus scolaire, c'est bien triste !! Heureusement, on y revient plus tard, peut-être même que tu rouvriras les confessions de Rousseau héhé !

Ecrit par Sam le mercredi 11 janvier 2017 à 20:16

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Soumission

Avec ma virée dans les romans de Michel Houellebecq, vous vous doutez bien que je n'allais pas passer à côté de Soumission. les médias ont tellement rabâché de saloperies autour de ce roman, à en faire un telle histoire, que je voulais le lire d'un bout à l'autre pour me forger une opinion. Elle est faite, et je peux maintenant penser librement que les gens qui ont traité ce bouquin d'islamophobe ne l'ont pas lu. Je vais bien sûr expliquer pourquoi.

cover

7 - Romans

Sept, sept, sept... Les sept nains, les sept portes de l'enfer, les sept doigts de la main des habitants de Pripyat, les sept continents, les sept veinards, les sept mercenaires, les sept pêchés capitaux, les sept boules de cristal, les sept tomes d'Harry Potter, les sept vies d'un chat. Bon, on se demande bien ce qui se cache dans ce bouquin. C'est en fait sept histoires donc la septième a sept parties.

cover

La colline aux esclaves

Livre reçu en partenariat et en avant première puisque je fais partie de la bande des Lectrices Charleston 2015. Du coup si le livre vous plait, sachez que sa sortie se fera en Janvier 2015. Je vous laisse avec le résumé : À 6 ans, Lavinia, orpheline irlandaise, se retrouve esclave dans une plantation de Virginie : un destin bouleversant à travers une époque semée de violences et de passions... En 1791, Lavinia perd ses parents au cours de la traversée les emmenant en Amérique. Devenue la propriété du capitaine du navire, elle est envoyée sur sa plantation et placée sous la responsabilité d'une jeune métisse, Belle. Mais c'est Marna Mae, une femme généreuse et courageuse, qui prendra la fillette sous son aile. Car Belle a bien d'autres soucis : cachant le secret de ses origines, elle vit sans cesse sous la menace de la maîtresse du domaine. Écartelée entre deux mondes, témoin des crimes incessants commis envers les esclaves, Lavinia parviendra-t-elle à trouver sa place ? Car si la fillette fait de la communauté noire sa famille, sa couleur de peau lui réserve une autre destinée.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !