cover

Des vies en mieux

Article écrit par manu_wit le samedi 13 juin 2015 à 23:17
0 personne a aiméAdd Like
Anna Gavalda, 'Des vies en mieux'... ma vie aurait peut-être été meilleure si je n'avais pas lu ce bouquin. J'ai rarement eu cette envie de ne pas finir un livre avant sa dernière page. Le dernier fut 'Chroniques de Mars' d'Asimov. Et oui, une critique n'est pas forcément bonne !


Les chroniques ne doivent pas me convenir car dans ce livre, nous avons la présentation de la vie de 3 personnages dans 3 parties distinctes sans liaison entre elles. Anna va essayer, avec ses mots, qui sont assez repoussants de vulgarité, de retracer le moment précis où 3 vies vont basculer "en mieux" évidemment.

Je vous fais un résumé objectif des personnages :

Billie a la vingtaine. Elle explique comment sa vie a basculé à 13 ans grâce à un garçon qui deviendra son meilleur ami. C'est avec lui qu'elle se retrouve au fond d'un précipice en pleine montagne. Elle se remémore les très mauvais moments de son enfance et les joies partagées avec son ami.

Mathilde, 24 ans, se fait piquer son sac avec un grosse somme d'argent à l'intérieur. Heureusement un bon samaritain le retrouve, découvre cette femme à partir de ses affaires personnelles et lui rend son sac avec tout son contenu. De cette intrusion fortuite naîtra une étincelle qui allumera les feux de l'amour.

Yann, 26 ans, pommé au milieu d'une vie d'adulte qu'il ne comprend pas, découvre par hasard le bonheur qui peut régner chez un couple et ses enfants. Cette famille est celle de ses voisins, 2 étages plus haut. Cette rencontre va le bouleverser et le mènera à prendre son destin en main.

Mon avis sur le roman: Gavalda m'a bien gavé.

Le bouquin est dur à lire. Ce n'est pas digérable. Des pavés de texte séparés par des virgules. On n'a qu'une envie, c'est de les zapper. On se croirait dans les pavés de description d'Emile Zola mais en beaucoup beaucoup moins classe. Car pour être près du peuple défavorisé, Anna profite de ses personnages pour lancer des insultes dans tous les sens.

A la fin d'une partie, on est déçu car on a une sensation d'inachevé. La suivante sera pareille. La troisième se démarque de peu.

Apparemment, je ne suis pas le seul déçu ... Eric Naulleau

Article écrit par manu_wit le samedi 13 juin 2015 à 23:17

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

La saga Waterfire : Deep Blue

Au fin fond de l'océan, dans un monde pas si différent du nôtre, vit le peuple mer. Plusieurs communautés se partagent les eaux du monde entier, certaines en bonne entente, d'autres en conflit déclaré. Lorsque la princesse Serafina s'éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de plaire au beau prince Mahdi, son promis. Pourtant, Serafina est hantée par un cauchemar lui annonçant le retour d'une ancienne malédiction. Ses sombres prémonitions se confirment quand un assassin frappe sa mère, la reine Isabella, d'une flèche empoisonnée. Serafina doit alors découvrir qui a commandité ce meurtre afin d'empêcher les communautés mers de s'entredéchirer dans une guerre impitoyable. Aidée par cinq amies issues de mers exotiques, elle mettra au jour une conspiration qui dépasse leurs pires craintes.

cover

Joyland

On a tous traîné notre bosse dans les fêtes foraines. Et là je ne parle pas de ces immenses et immondes parcs à thèmes. Je parle des fêtes foraines. On y a tous traîné. On a tous pris notre première chenille infernale, on s'est tous cassé la gueule dans les roues du palais du rire, on a tous failli vomir sur ces bolides qui nous remuent dans tous les sens et enfin on a tous grimpé sur ces grandes roues qui nous font découvrir de haut le monde qui nous entoure. Mais surtout, on a tous flippé en voyant la double porte noire s'ouvrir alors qu'on était assis et bloqué par la barre métallique du petit wagon qui allait nous amener dans la maison de l'horreur. Les grosses lettres vertes de l'entrée nous avait prévenu : "Entrez si vous l'osez".

cover

Inferno

Notre cher professeur anglais de symbologie, Robert Langdon, est de retour dans Inferno. Cette fois-ci, il se retrouve en Italie, à Florence exactement. Alité dans un lit d'hôpital, Robert reprend lentement connaissance en compagnie de Sienna Brooks, la femme médecin a son chevet. L'aventure de ces deux-là ne fait que commencer ! Tous les adeptes de Dan Brown ne seront pas déçus par ce nouvel opus.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !