cover

Extension du domaine de la lutte

Article écrit par Culturemania le mercredi 02 septembre 2015 à 23:25
likes
1 personne a aiméAdd Like
Il fait partie de ces gens que j'écoute avec passion mais que je n'ai jamais lu. Un peu comme Jean d'Ormesson. Alors avec tout le foin qu'a fait son dernier roman Soumission, on ne peut plus tellement passer à côté. J'ai donc été acheter non pas l'intégrale Houellebecq mais un bon morceau. Et la question qui s'est imposée a été : par lequel commencer ? Je pensais attaquer avec Soumission, mais j'aime bien l'idée de commencer avec le moins récent. Et en plus, c'était le plus fin de ma brouette. Que l'extase commence.


Auteur : Michel Houellebecq

Et je ne dis pas ça par hasard. Un peu plus de 150 pages, c'est à dire deux grosses heures de lecture. Je ne prenais pas grand risque. Au pire, c'est lourd, pédant et pénible à lire car trop mondain. Je n'avais jamais rien lu de lui et c'est plutôt comme ça que j'appréhendais ses bouquins. Mais après trois pages, je réalise que je vais jubiler pendant 150 pages.

Mais le lit, entre tous les meubles, pose un problème spécialement, éminemment douloureux. Si l'on veut garder la considération du vendeur on est obligé d'acheter un lit à deux places, qu'on en ait ou non l'utilité. Acheter un lit à une place c'est avouer publiquement qu'on n'a pas de vie sexuelle, et qu'on n'envisage pas en avoir dans un avenir rapproché ni même lointain. [...] Les lits durent en moyenne bien plus longtemps que les mariages.

C'est vraiment très drôle, du début à la fin, et les gens autour de moi devaient se demander ce que j'étais en train de lire. Je prend le pari que ces sombres ahuris auraient été surpris si je leur avait révélé la chose. D'ailleurs, on ne peut plus être tranquille. Quand ce n'est pas un idiot qui crie ou qui fume (d'ailleurs remarquez que les fumeurs sont les seuls qui ne se prennent pas leur fumée dans la gueule), c'est un camionneur qui laisse tourner son moteur. Quand ce ne sont pas des mioches qui hurlent, ce sont des chinoises qui viennent s'asseoir tout près et qui jacassent. La mort seule solutionne ce problème, même si maintenant j'en doute.
Tout va tourner autour de la vie désabusée d'un informaticien qui traverse sa vie en la maudissant. Il est seul, mais c'est pas si grave. Il se sent inadapté à tout et l'époque le fait vomir. Au boulot, il doit supporter les gens qui s'adressent rarement à lui, et c'est très bien comme ça. La cigarette lui est indispensable, c'est la seule chose qui semble palier au vrai but de sa vie. Surtout qu'il va devoir partir à droite et à gauche en France faire des formations logicielles avec un connard de collègue qui passe son temps à reluquer des minettes de 20 berges. Oui, mais il est très laid, et finalement, c'est en costume noir qu'il est le mieux, même si ça ne l'aidera jamais. Bon enfin, je trouve que je rame pour raconter cette lecture. Je l'ai lu d'une traite, je vois mal comment on peut lâcher un bouquin pareil. Commencez-le si vous êtes sûr d'avoir deux ou trois heures devant vous. Et sinon, retournez regarder vos cassettes d'Edouard Balladur pour vous apaiser l'esprit.

...Le lendemain soir, il mit trois heures à se préparer. Je l'attendis en jouant aux dominos, seul, dans le hall de l'hôtel. Je jouais la main des deux adversaires à la fois ; c'était très ennuyeux...
preview
Article écrit par Culturemania le mercredi 02 septembre 2015 à 23:25

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

2084 - La fin du monde

Je pensais faire les choses dans l'ordre et commencer par parler du bouquin 1984 que j'ai relu avant l'été, mais finalement, voilà 2084 tant qu'il est encore présent dans ma tête. On est 100 ans après l'histoire d'Orwell. C'est une simulation de ce que sera le monde dans un futur que je trouve beaucoup trop proche et qui aura pour mission numéro une de faire oublier notre monde actuel. La religion, qui au passage commence sérieusement à me courir, recouvre intégralement ce futur hypothétique qui m'a donné l'impression d'une ancienne Egypte totalitaire, absurde, violente et où l'esprit a régressé pour faire semblant de croire à ces salades qui sont pour moi de la science-fiction malsaine.

cover

La gueule du loup

Un service presse reçus par les éditions Sarbacane collection Exprim', que j'aime vraiment. Voici le résumé : Madagascar ; soleil, plage et rythme de croisière pour Lou et Mathilde, 18 ans tout ronds et le bac en poche. Puis vient le Chaos. Tic-Tac, Tic-Tac fait le crocodile qui traque ses proies, mettant à rude épreuve l'amitié dans une course-poursuite humide et tropicale contre la mort... Dès lors, Mathilde et Lou vont très vite comprendre ce que grandir veut dire.

cover

Minuit 4

Voilà ce qui devait arriver. Vous avez pu voir il y a quelques temps que j'ai écrit quelques petits mots sur Minuit 2, et mesdames et messieurs, voici maintenant l'heure de parler de Minuit 4. Deux nouvelles par bouquin, deux bouquins, quatre nouvelles, et surtout 4 nouvelles raisons de vous faire adorer Stephen King. Ici, il va plus que jamais nous faire partir d'une chose totalement anodine pour nous plonger au plus profond de l'horreur dans des petites bourgades Américaines où les secrets des uns font la gourmandise des autres. Action, grand maître.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !