cover

Harry Potter et l'Enfant maudit

Article écrit par Sowilo le mardi 22 novembre 2016 à 22:30
likes
1 personne a aiméAdd Like
La nouvelle s’était présentée ainsi : Il y aura une suite au 7ème tome de Harry Potter, chapeautée par le même auteur, qui prendra la forme d’une pièce de théâtre dont le script sera publié. Rien que ça. Une fois la surprise passée, je me dis que l’idée est trop peu commune pour ne cacher qu’une mauvaise blague d’exploitation d’une licence juteuse. Après tout, la conclusion de cette fantastique saga littéraire n’était que trop abrupte, c’est peut-être l’occasion de lui offrir un épilogue digne de ce nom, ou pas. Verdict…


Auteurs : Jack Thorne à partir d’une histoire de J. K. Rowling

Edition : Gallimard Jeunesse

Soyons direct. Vous n’avez pas lu la saga ou vous avez vaguement regardés quelques films hollywoodiens qui en sont inspirés, alors vous n’avez aucune raison valable de vous retrouver avec ce volume entre les mains. Si vous avez lu les 7 tomes, quelque soit le souvenir que vous en gardez, la seule chose que vous attendez de cet article et de savoir si vous pouvez ouvrir ce nouveau segment ou si vous devriez préserver vos souvenirs d’une profanation qui pourrait être douloureuse. Alors promis, c’est la seule chose sur laquelle je tenterai de vous éclairer.

Pas d’arnaque sur la parenté de l’œuvre, puisque nous reprenons exactement là où l’épilogue des Reliques de la Morts nous avait laissé, c’est-à-dire sur le quai 9 ¾, alors qu’une nouvelle génération se précipite à Poudlard pour y découvrir le monde que leurs parents ont parcouru avant eux. On nous laissait sur cette impression propre, lisse, légèrement caricaturale de conformisme où tout le monde s’était marié, était très heureux et avait beaucoup d’enfant. Heureusement on retombe bien vite dans l’univers de J.K. Rowling qui nous avait habituée à bien plus de subtiles nuances que ça. D’une part le monde ne cicatrise pas aussi miraculeusement de la guerre contre Voldemort, et d’autre part, comment se construit-on, personnellement, quand on est le fils du célèbre Harry Potter, ou issue d’une famille de collabo notoire ?
Pas d’inquiétude, du scénario, il y en a, et on ne s’ennuie jamais. Hors mis un savoureux petit focus sur un personnage secondaire dans le Poudlard Express, peu de vrais nouveautés apportées à l’univers, et c’est tant mieux finalement. C’est un bonus, donc on est surtout dans l’hommage appuyé à l’ensemble de la saga, quitte à en faire beaucoup avec les flash-back, fantasmatiques ou réels. De quoi satisfaire n’importe quel amateur du sorcier à lunette et de son histoire.

Pourtant, pas de quoi se réjouir de transformer l’Enfant Maudit en véritable huitième tome non plus, loin de là.
D’une part bien sûr, en raison de sa forme. Un script de pièce est ce qu’il est. Pour exister pleinement, il nécessite une interprétation, et du même fait, ne saurait se substituer complètement à un huitième roman, aussi complet soit son scénario. Exit la forme narrative habituelle, au profit de dialogues et de grosses didascalies, ce qui ne facilitent pas toujours l’immersion.
Mais surtout, ce changement de genre impose de faire passer par le dialogue des choses qui était normalement distillés dans le roman de manière plus fine. On se retrouve avec des tirades surprenantes de sentimentalisme, voire de mièvrerie, ou des mises au point entre certains personnages trop franches et pataudes pour coller avec le reste de l’œuvre. Pour peu qu’on n’adhère pas au scénario qui cherche tous les prétextes pour évoquer les personnages emblématiques, on aura la désagréable impression de se retrouver avec une fan fiction de luxe. C’est une idée qui m’a picoté plusieurs fois pendant la lecture, sans jamais l’emporter pour autant. La faute au pauvre Jack Thorne en charge de l’écriture proprement dites ? Un peu trop facile comme explication à mon goût.

Non, Harry Potter et l’Enfant Maudit n’est définitivement pas le huitième tome de Harry Potter, sa forme même l’interdit. Sur le fond en revanche, il nous offre un épilogue XXL original, plaisant, avec même de quoi nous replonger en plein suspense ! Le savoir-faire de l’auteur reste palpable, à un moindre degré, pour savoir garder le cap et rester logique et crédible même au travers des situations les plus tordues. Allez ne faisons pas la fine bouche. On risque de voir bien pire à l’avenir dans l’exploitation de cette licence.

preview
Article écrit par Sowilo le mardi 22 novembre 2016 à 22:30

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Chroniques Martiennes

L'évocation du voyage sur Mars est quelque chose qui est quasiment devenu commun à notre époque. Mais en 1950, Youri Gagarine n'avait pas encore effectué son premier vol dans l'espace, il faudra attendre 1961 pour ça. Et il faudra attendre Neil Armstrong en 1961 pour voir un homme se poser sur la Lune là où la main de l'homme n'a jamais mis le pied. Mais dès 1950, l'exploration Lunaire était déjà lancée avec l'étude de nombreux programmes spatiaux dans un cadre de course à celui qui pisse le plus loin entre l'Union Soviétique et les Etats-Unis. J'imagine que c'est tout ça qui a inspiré ce bon vieux Ray.

cover

Ce si joli trouble

J'ai lu ce livre en lecture commune avec une abonnée géniale et du coup j'ai adoré ce livre. Je vous laisse le résumé : La veille de sa rentrée à la fac, Bliss Edwards a décidé de franchir le pas. Ce soir, elle ramène un garçon chez elle ! AU moment de passer à l'acte, pourtant, c'est la panique. Bliss invente une excuse bidon et quitte son appartement au milieu de la nuit. Et le lendemain, catastrophe : en entrant dans son cours de théâtre, elle tombe nez à nez avec celui qu'elle a abandonné chez elle, complètement nu, huit heures plus tôt... Bliss ne s'est jamais sentie aussi ridicule ! D'autant plus qu'elle le trouve vraiment séduisant...

cover

Personne n'y échappera

Réalité ou fiction ? Que penser d'un écrivain qui décrit si précisément les crimes de ses romans que l'on ne peut croire qu'il ne les a pas commis lui-même ? Comment ferait-il dans ce cas pour maquiller ses méfaits et rester insaisissable ? Frank, enseignant, Patricia, agent du FBI et Stuart, policier vont en faire l'amère expérience face à l'écrivain Ben O'Boz.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !