cover

Il faut qu'on parle de Kevin

Article écrit par fraf le lundi 13 octobre 2014 à 17:41
0 personne a aiméAdd Like
Avez-vous déjà rêvé de lire le journal intime d'une femme ? Voici l'occasion d'entrer dans les pensées les plus intimes d'Eva Khatchadourian. Oui mais voilà, Eva n'est pas une femme prise au hasard, c'est la mère de Kevin... et Kevin a tué 9 personnes dans son lycée à la veille de ses 16 ans. Je ne gâche rien, c'est même marqué sur la quatrième de couverture !


Auteur : Lionel Shriver

Nationalité : Américaine

Editions : Éditions Belfond

Vous avez envie de vous mettre en couple ? Ne lisez pas ce lire.
Vous avez envie de faire des enfants ? Ne lisez pas ce livre.
Vous aimez les détails complaisant sur les tueries ? Ne lisez pas ce livre.

« Je n'avais donc pas seulement peur de devenir ma mère, j'avais peur de devenir UNE mère. J'avais peur d'être l'ancre solide et stable qui servirait de starting-block à un nouveau jeune aventurier dont je risquais d'envier les voyages, et dont l'avenir était encore libre d'amarres et de projets précis. »

L'écriture est aussi tranquille qu’incisive, le paysage prend forme sous nos yeux selon Eva, sa vie, ses pensées, sa subjectivité. Le récit se construit au rythme des lettres d'Eva à Franklin (le père de Kevin), par petites touches, entre souvenirs et réflexions, on avance dans le temps. Le dénouement est autant connu qu’inattendu.

« Je l'ai (ndlr : Kevin) prudemment entouré de mes deux mains. L'expression de son visage tordu était maussade. Son corps était inerte ; je ne pouvais interpréter sa lassitude que comme un manque d’enthousiasme. Le réflexe de succion est un de nos rares réflexes innés, mais, la bouche juste contre le brun de mon aréole élargie, il a basculé la tête de l'autre côté avec dégoût.

Franklin, je me sentais… absente. Je continuais de fouiller en moi, à la recherche de cette nouvelle émotion indescriptible, comme on remue un tiroir à couverts trop plein pour trouver l'économe »

Ce livre me dérange, il bouscule de l'image du couple heureux que tous doivent afficher, il dérange l'image de la femme, de la maternité, il foule aux pieds le concept de l'enfant bon par nature. J'ai crissé des dents, je n'ai pas toujours aimé, je n'ai pas eu envie d'entrer dans le monde décrit dans ce livre. Mais j'y suis, sauf à fermer les yeux très fort, je suis dans un monde où des couples battent de l'aile, où des amours se déchirent, où des femmes détestent leur enfants, où des enfants le rendent bien à leurs parents. Rien ne sert de fermer les yeux.

« Elle (ndlr : Siobhan, la nounou) suscitait la même fierté que j'espérais voir Kevin déclencher un jour, quand il serait assez grand pour apprécier les talents de ses parents. Je m'étais laissée aller à l'étrange rêverie d'un Kevin s'intéressant à mes vieilles photos dans un flot continu de questions : Là, c'est où ? C'est quoi ? Tu es allé en AFRIQUE ? Waouh ! Mais l'admiration de Siobhan s'est révélée cruellement trompeuse. Kevin s'est bien intéressé un jour à une boite de mes photos – pour y verser du pétrole. »

Je mettrais juste un bémol sur le personnage de Kevin. Trop manichéen je trouve. Le livre aurait certainement encore gagné en force a être un peu plus nuancé sur ce point.

preview

Ps : J'ai découvert très tardivement que Lionel est une femme !

Article écrit par fraf le lundi 13 octobre 2014 à 17:41

Commentaires

Oh j'ai vraiment adoré ce bouquin. J'avais regardé le film en suivant qui est pas si mal dans mon souvenir.

Ecrit par Vincent le lundi 13 octobre 2014 à 21:43

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

No et Moi

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies. Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle. No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage. No dont l’errance et la solitude questionnent le monde. Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

cover

Demain j'arrête !

Julie Tournelle, parisienne de 29 ans, vit seule dans son appartement. Fille unique, elle compense son manque fraternel avec son entourage : amis d'enfance, voisins et commerçants. Extérieurement, tout le monde la trouve jolie, rigolote, intelligente et charmante, mais intérieurement ça cogite sévère.

cover

Scintillation

Roman d’anticipation. Tels sont les seuls petits mots qui ont pu me faire tomber sur Scintillation. Ça, et une quatrième de couverture intrigante, qui me promettait déjà autre chose qu’un pseudo 1984 moderne. Promesse tenue. John Burnside, auteur et poète écossais, nous sert un roman étrange et hypnotique, très loin des standards de géopolitique fictives souvent associés à l’anticipation.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !