cover

L'histoire du loser devenu gourou

Article écrit par Culturemania le jeudi 17 mars 2016 à 12:21
likeslikeslikeslikeslikeslikeslikes
7 personne(s) ont aiméAdd Like
Quand on voit un mec déguisé en Napoléon qui marche avec une main dans le slip, on se dit que la déglingue littéraire n'est pas loin. J'ai contacté Romain Ternaux direct à la source et il a eu la gentillesse de me faire parvenir son Roman, quelle découverte ! Je crois que la meilleure image qui me vient à l'esprit pour décrire cette lecture, c'est une métaphore grotesque : on lit ce livre comme on dévorerait un cassoulet avec les doigts assis en tailleur dans la litière dégueulasse du chat.


Auteur : Romain Ternaux

Edition : Aux forges de Vulcain

Lorsqu'on ouvre L'histoire du loser devenu gourou, on sait qu'on va frôler la lecture boulimique, acharnée et passionnelle. Pas de grand chapitre, pas de section, rien. Tu ne respireras pas mon fils ! Il faudra lire, lire, lire. On mangera plus tard, on boira plus tard, on vivra plus tard. On n'aura plus rien à foutre du monde autour de nous. Tout le reste devra attendre, car pour l'instant, ce qui compte, c'est d'aller d'un bout à l'autre de ce récit écrit tout au présent.

Mais bon sang de bois, de quoi ça parle ? Très bonne question. C'est l'histoire d'un mec dont on ne connaîtra jamais le nom. Ce que l'on sait, c'est qu'il est complètement inadapté à ce monde. Il passe ses journées à picoler et se branler en pensant à sa voisine pendant que ses parents lui payent son loyer. Il essaie d'écrire mais y'a rien à faire, il faudra qu'il retente sa chance dans une autre vie. Le whisky et la bière sont là pour lui, sa Némésis. Pour lui comme pour personne, la vie est une pute. Il a quand même un ami Walter pour booster sa mythomanie. Et puis c'est tout, on a fait le tour.
Finalement, ce mec passe de son lit à ses chiottes en vomissant la vie le reste du temps.

"Allô ? Tu es là ? Papa et moi t'avons trouvé un emploi...merde. Il faut que tu te présentes demain dans le grand immeuble gris en face du parc municipal. Aucune qualification n'est requise."

C'est après ce coup de fil que sa vie va vraiment prendre un tournant. Dans cet immeuble, personne ne sait ce qu'il s'y passe. Le loser va devenir l'éboueur de service qui doit balancer les ordures de chaque étage à l'incinérateur du sous-sol. Pas moyen de prendre l'ascenseur, tu te taperas les escaliers pauvre tâche. La vieille merde qui joue le rôle de gardienne est à buter. La ruine n'en finira jamais. Mais le loser ne va pas faire ce boulot bien longtemps. Parce qu'à force de découvrir des sacs poubelle plein de capotes remplies, il finit par se demander ce qui peut bien se passer dans ce putain d'immeuble. Par accident, il croise trois filles dans l'ascenseur alors qu'il est couvert de merde et de crottes de nez (c'est une image, mais on y est). Et voilà que je vais devoir m'arrêter car je pense que vous commencez à en savoir un peu trop. La suite ? Le grand Bougaga attend au dernier étage avec sa carte de crédit. Et c'est pas une tête qui roule et un peu de sang sur la moquette qui vont nous arrêter là.

Comme je l'ai dit au départ, c'est une lecture boulimique. On s'en gave littéralement, on le boit à l’entonnoir, on rigole beaucoup, c'est souvent sale et tant mieux. La comparaison avec Bukowski est explicite, même si on sent clairement la jeunesse des mots par rapport au vieux chnoque Californien. Les scènes ne transpirent pas autant la poisse ou la saleté, on ne voit pas aussi clairement la fumée de clope dans l'appartement et on ne sent pas tout à fait l'odeur rance, mélange de gerbe et d'alcool qui coule. Mais c'est pas n'importe qui qui peut se permettre d'avoir la bouteille du vieux Bukowski. Cependant, la comparaison est une vraie flatterie. Et moi je suis ravi de cette découverte.

preview
Article écrit par Culturemania le jeudi 17 mars 2016 à 12:21

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Miss Pérégrine et les enfants particuliers

Ce qu’il y a de bien avec les grands-parents, c’est qu’ils ont toujours plein d’histoires à raconter. « Moi à mon époque... » « Quand j’étais petit... » « Je me souviens, j’avais 15 ans... ». Abe, le grand-père de Jacob, adore décrire à son petit-fils les aventures de son enfance, lorsqu’il était à l’orphelinat sur la petite île de Cairnholm pendant la seconde guerre mondiale. Il lui expliquait alors les pouvoirs insolites de ses camarades, comme cette jeune fille qui pouvait voler, ce jeune homme invisible qui aimait tant faire des blagues, cette douce enfant qui pouvait soulever des charges énormes, ou son amie qui faisait pousser les plantes. Et il faut dire que Jacob adorait ces histoires, il les redemandait encore et encore ! Surtout celles avec les monstres qu’il fallait fuir à tout prix… Ces anecdotes les unissaient.

cover

2084 - La fin du monde

Je pensais faire les choses dans l'ordre et commencer par parler du bouquin 1984 que j'ai relu avant l'été, mais finalement, voilà 2084 tant qu'il est encore présent dans ma tête. On est 100 ans après l'histoire d'Orwell. C'est une simulation de ce que sera le monde dans un futur que je trouve beaucoup trop proche et qui aura pour mission numéro une de faire oublier notre monde actuel. La religion, qui au passage commence sérieusement à me courir, recouvre intégralement ce futur hypothétique qui m'a donné l'impression d'une ancienne Egypte totalitaire, absurde, violente et où l'esprit a régressé pour faire semblant de croire à ces salades qui sont pour moi de la science-fiction malsaine.

cover

La fille du gardien de phare

Petit polar qui se lit facilement. Voici le début de la description d'Amazon: "Les cloches de l'église de Marstrand appelaient à l'office dominical de dix heures trente, mais on ne les entendait pas sur Hamneskär...". Très dépaysant.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !