cover

La peau sur les os

Article écrit par Culturemania le dimanche 13 avril 2014 à 11:14
0 personne a aiméAdd Like
Maigrir. L’obsession de tout le monde, le cauchemar de Billy Halleck. Avocat bien grassouillet et père comblé du Connecticut, Billy va se retrouver dans une spirale incontrôlable. Après avoir accidentellement renversé une vieille femme d’un clan de gitans, son corps va commencer à fondre, encore et encore, kilos après kilos, jours après jours. Pour finalement ne laisser qu’un sac d’os ? Sac d’os, vous avez saisi ? Ah ah ah.


Titre original : Thinner

Auteur : Stephen King

Les gitans arrivent en ville. On ne les connait pas, ils ne nous connaissent pas, ils disparaissent comment ils apparaissent, et plus personne ne se soucie d’eux. Généralement, ils font deux ou trois animations, quelques séances de voyance pour retirer de l'argent à l'homme blanc, et tout le monde trouve ça super. A condition bien sûr qu’ils ne s’éternisent pas et aillent vite faire leurs tours dans la ville voisine. Cette fois, c’est le clan de Taduz Lemke, patriarche du groupement de manouches qui vient de s’installer en ville. Mais ce cher Billy, distrait au volant, va renverser une vieille gitane qui traversait entre deux voitures. Un jugement aura lieu, et il s’en sortira, sans condamnation. Mais c’est sans compter sur le vieux Taduz, qui, en touchant du doigt Billy, semble lui lancer un sort d’amaigrissement.

"« Maigris » murmure le vieux Tzigane au nez décomposé."

Depuis ce jour, Billy ne cesse de maigrir. Au départ, il s’en félicite. Mais sa femme trouve cela rapidement anormal. Billy s’empiffre toujours autant mais ne cesse de dépérir. Il finit par consulter son médecin qui ne trouve rien à redire, pour l’instant. Sauf que cette dégringolade ne s'arrêtera pas. Il réalise alors qu’il n’est pas le seul à souffrir d’un mal que les médecins auront bien du mal à cerner, et encore plus à soigner. Le juge chargé de l’affaire par exemple : puni pour avoir acquitté Halleck. Ainsi qu’un troisième personnage. Chacun est en train de dépérir à sa manière sous le pouvoir de la magie du vieux Tzigane. Halleck confie ses théories sur le maléfice qu'il a reçu, et ne met pas longtemps pour passer pour un cinglé aux yeux de sa femme, qui essaiera de le faire placer. Pour y échapper et pour mettre un terme à tout ça, un seul moyen : convaincre le vieux Taduz de lever son sortilège. Mais les gitans ne sont plus en ville. Et c’est alors une course poursuite qui démarre pour Halleck le maigre et son ancien contact mafieux Ginelli afin de retrouver la trace du campement de gitans. Et pendant ce temps, le corps de Billy Halleck continue de disparaître pour laisser place à un sac d’os articulés recouverts par une fine peau.

"Pas de match nul. Tu mourras maigre, homme blanc."
Article écrit par Culturemania le dimanche 13 avril 2014 à 11:14

Commentaires

j'ai lu pas mal de Stephen King, ce soir je viens de regarder Misery, film un peu moins bien que le livre.

Ecrit par christian le lundi 14 avril 2014 à 22:42

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

L'histoire du loser devenu gourou

Quand on voit un mec déguisé en Napoléon qui marche avec une main dans le slip, on se dit que la déglingue littéraire n'est pas loin. J'ai contacté Romain Ternaux direct à la source et il a eu la gentillesse de me faire parvenir son Roman, quelle découverte ! Je crois que la meilleure image qui me vient à l'esprit pour décrire cette lecture, c'est une métaphore grotesque : on lit ce livre comme on dévorerait un cassoulet avec les doigts assis en tailleur dans la litière dégueulasse du chat.

cover

No et Moi

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies. Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle. No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage. No dont l’errance et la solitude questionnent le monde. Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

cover

Scintillation

Roman d’anticipation. Tels sont les seuls petits mots qui ont pu me faire tomber sur Scintillation. Ça, et une quatrième de couverture intrigante, qui me promettait déjà autre chose qu’un pseudo 1984 moderne. Promesse tenue. John Burnside, auteur et poète écossais, nous sert un roman étrange et hypnotique, très loin des standards de géopolitique fictives souvent associés à l’anticipation.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !