Accueil
Accueil
Espace redaction
Espace redaction
S'inscrire
S'inscrire
Nous contacter
Nous contacter
Les auteurs
Les auteurs
A propos
A propos
Nos classements
Nos classements
Un article au hasard
Un article au hasard
Twitter Facebook GooglePlus

Culturemania

Mettons tous ensemble la Culture en Commun

Un des grands principe de Culturemania est de ne pas mettre de publicité.
Donc, si vous aimez passer du temps ici et lire nos articles, aidez-nous à collecter un peu d'argent par notre cagnotte sur Leetchi afin que le site puisse continuer à vivre et évoluer.
Merci à toutes et à tous !

banner

Romans

- La Servante écarlate -

Article rédigé par Nana Scleurnk le 25/11/2016 à 10:51

Informations

  • Date de sortie : Non renseignée
Defred fait partie des Servantes écarlates de la République de Gilead. Elle nous conte son histoire à travers les pages de ce roman, tantôt se remémorant son passé, tantôt décrivant ce présent sombre et écrasant. D’ailleurs, Defred n’est pas son vrai prénom. On le lui a donné le jour où elle est arrivée chez son commandant. Elle lui appartient jusqu’à ce qu’elle lui offre un enfant. Si elle ne réussit pas sa mission, elle sera déclarée non-femme, et dieu seul sait ce qui lui arrivera…

Auteur : Margaret Atwood

Editions : Robert Laffont

Récompenses : Prix Arthur C.Clarke en 1985

Le roman se déroule dans un futur proche, voire très proche, aux Etats-Unis, dans la République totalitaire de Gilead. L’un des principaux problèmes de cette époque, c’est l’infertilité croissante causée sans doute par la pollution et les déchets radio-actifs. Les naissances se font de plus en plus rares, et lorsqu’elles adviennent, beaucoup d’enfants ne sont pas viables. Pour palier ce phénomène, les femmes déclarées fertiles (celles ayant déjà eu des enfants avant la mise en place du régime politique) sont réquisitionnées et endoctrinées pour servir de réceptacle, de machine à enfanter. Ce sont les Servantes, dont Defred fait partie.

Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d’autre ; l’amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c’est tout : vases sacrés, calices ambulants.

Il faut savoir qu’à Gilead, la société est très fragmentée. Il y a les Servantes, oui, mais il y a aussi les Marthas, femmes de ménage, de maison, femmes à tout faire. Il y a les Épouses, mariées aux Commandants, qui dirigent la maison et y font la loi. Et puis, il y a les Ecofemmes, mariées elles aux hommes moins puissants. Les non-femmes, celles qui sont infertiles ou traîtresses à la République sont envoyées aux colonies, pour trier les déchets radio-actifs ou dans le meilleur des cas, ramasser du coton ou des légumes. Pour le sexe opposé, les Commandants sont les hommes importants, d’influence, les riches. Mais il y a aussi les militaires, entre autres, qui œuvrent dans l’armée avant de se voir attribuer une Ecofemme. Et les traîtres ont un destin funeste.
Bien sûr, les libertés n’existent plus à Gilead. Les Yeux sont partout, ils observent tout, ils savent tout. Chacun doit suivre son rôle quotidien à la lettre, sous peine de voir arriver la camionnette noire qui les emmènera on ne sait où, pour leur faire subir on ne sait quel supplice.
Et là-dedans, Defred nous raconte son histoire, son passé, son présent, ses espoirs cassés, son amour perdu, l’enfant qu’on lui a enlevé, sa condition, sa soumission.

Pas un pissenlit en vue ici, les pelouses sont soigneusement épilées. J'ai la nostalgie d'un pissenlit, un seul, poussé au hasard, dans son insolence d'ordure, difficile à éliminer et perpétuellement jaune comme le soleil. Gai et plébéien et brillant pareillement pour tous. Nous en faisions des bagues, et des couronnes et des colliers, nous tachant les doigts de son lait amer. Ou j'en tenais un sous son menton : "Est-ce que tu aimes le beurre?"

Au départ, le roman est assez contemplatif, mais le rythme s’accélère à mesure que les pages se tournent, et nous laisse finalement sur une fin qui nous faire dire « encore, crévindious, encore ! ».

Vous l’aurez compris, cette histoire est une belle dystopie. Elle est souvent considérée comme une « dystopie féministe » par rapport à la condition des femmes tout au long du bouquin. L’auteure ne trouve pas ce terme vraiment approprié, car les hommes n’ont pas beaucoup plus de droits que les femmes, et que la structure sociétale reste en fait pyramidale : les plus puissants des deux sexes en haut, puis différentes catégories de personnes de moins en moins puissantes jusqu’en bas de l’échelle où se trouvent les hommes militaires, célibataires. Les Servantes quant à elles sont dans une caste bien particulière et assez haut-placée. Elles sont intouchables, car très précieuses.

Ce qui est génial dans le système de Gilead, c’est que rien n’est inventé ! Tout le fonctionnement et l’organisation décrits là ont déjà été instaurés, ici ou ailleurs, à notre époque ou à une autre… Margaret Atwood a effectivement pris le parti de ne rien inclure que l’humanité n’avait pas déjà fait. Cela va des tenues propres à chaque catégorie sociale (ici le rouge pour les Servantes, le bleu pour les Épouses, le vert pour les Marthas,etc), à la pendaison collective, l’interdiction de la lecture, les enfants volés, la soumission, la surveillance… On pioche un peu dans la doctrine de l’Église, dans les différentes dictatures qui ont eu lieu, la seconde guerre mondiale, les milices, et autres… On mélange le tout habilement, et on se retrouve à Gilead. Incroyable ! Une société basée sur un idéalisme, incorporé à un système d’élévation de la société par des valeurs morales affiliées à une sorte de religion. Bingo. Et nom d’une pipe, ça fait peur !

Penser peut nuire à nos chances, et j'ai l'intention de durer.

Évidemment, on sent que ce roman dénonce. Le totalitarisme, bien sûr, le traitement des humains, des femmes en particulier, la religion et ses croyances bizarroïdes… Mais la forme du texte semble aussi nous mettre en garde. Contre le le poids écrasant, l’engrenage du système. Contre nous-même, notre propre soumission. C’est comme si le livre nous glissait à l’oreille « Et toi, que ferais-tu ? Que fais-tu ? Qu’attends-tu ? »
Mais surtout, je pense que ce livre est comme un hymne à la liberté… Avec ce refrain qui résonne au fil des pages :

Nolite te salopardes exterminorum.
preview
Vous avez aimé ? Partagez !

Commentaires

Trop bien ce roman !! Atwood est aussi l'auteure du "Dernier homme" qui a été adapté au cinéma sous le nom "les fils de l'homme", aussi un excellent film !

Ecrit par Sam le mercredi 30 novembre 2016 à 20:57

Poster un commentaire :

stats

Culturemania, c'est :

515 articles rédigés par 14 personnes inscrites sur le site. Rejoingez-les !

2.220.590 articles consultés depuis des 10aines de pays dans le monde !

stats

Suivez Culturemania sur les réseaux sociaux :

FacebookTwitterGoogle plus
Autres articles du même genre :

Le ragoût du septuagénaire

Article publié le jeudi 13 août 2015 à 21:21

Par : Culturemania

cover
views
2827
likes
4
comments

Je crois n'avoir jamais parlé d'un des bouquins de Bukowski. Il est pourtant l'un des auteurs que j'ai le plus de plaisir à lire. Il ne fait pas dans la dentelle, prononce une atrocité par phrase et nous raconte la vie du côté des pouilleux, et c'est pour ça que c'est génial. La bouteille, les femmes, les bouibouis crasseux, ses apparts crados, les ruelles dégueulasses, le vomi séché, ...

Lire la suite...

Harry Potter et l'Enfant maudit

Article publié le mardi 22 novembre 2016 à 22:30

Par : Sowilo

cover
views
2293
likes
1
comments

La nouvelle s’était présentée ainsi : Il y aura une suite au 7ème tome de Harry Potter, chapeautée par le même auteur, qui prendra la forme d’une pièce de théâtre dont le script sera publié. Rien que ça. Une fois la surprise passée, je me dis que l’idée est trop peu commune pour ne cacher qu’une mauvaise blague d’exploitation d’un...

Lire la suite...

Mort aux Cons

Article publié le jeudi 31 août 2017 à 11:43

Par : Nana Scleurnk

cover
views
6957
likes
3
comments

Comme le dit le célèbre adage (ou bien Pierre Perret…) « On est toujours le con de quelqu’un ». Une amie à moi rajouterait qu’il y a quand même des cons universels. Et qui n’a pas un jour, sous le coup de la colère ou d’une extrême et inquiétante lucidité, souhaité la mort à un con ? Et bien le héros de ce livre a décidé de s’y atteler.

Lire la suite...

Terreur

Article publié le samedi 17 mai 2014 à 00:01

Par : fraf

cover
views
3063
likes
0
comments

Si je vous parle de Sir John Franklin ? Si je vous parle de l'Erebus et du Terror ? Her Majesty's Ship Erebus et Her Majesty's Ship Terror, 2 bombardes anglaises, partent de concert et tranquillou côté préparation (ah bon ? c'est bien sur ça ?) à la recherche de la voie du nord en 1845 ? Non ? C'est de l'histoire, vous devriez savoir bande d'inculte ! Vous n'avez donc fait que poser votre cul sur les bancs de l'école ?

Lire la suite...

Demain j'arrête !

Article publié le vendredi 11 décembre 2015 à 19:17

Par : manu_wit

cover
views
2988
likes
1
comments

Julie Tournelle, parisienne de 29 ans, vit seule dans son appartement. Fille unique, elle compense son manque fraternel avec son entourage : amis d'enfance, voisins et commerçants. Extérieurement, tout le monde la trouve jolie, rigolote, intelligente et charmante, mais intérieurement ça cogite sévère.

Lire la suite...

Les Contes de Canterbury

Article publié le mercredi 23 mars 2016 à 23:47

Par : Culturemania

cover
views
4029
likes
4
comments

S'il y a une scène de cinéma que je ne suis pas prêt d'oublier, c'est celle de la bibliothèque. Dans le film Seven, l'inspecteur William Somerset joué par Morgan Freeman rentre dans cette mine de connaissances accueilli par les gardiens qui passent leur nuit à jouer au poker. Ne vous y fiez pas, ils savent aussi écouter Bach. On est cultivé chez nous. Somerset fait quelques recherches pour filer un coup de main à l'inspecteur Mills récemment débarqué à New-York e...

Lire la suite...

Une bouche sans personne

Article publié le samedi 17 septembre 2016 à 21:46

Par : Culturemania

cover
views
2525
likes
1
comments

Un conte. Ça fait cinq minutes que je me torture pour trouver le bon mot et finalement, je n'en trouve pas d'autre. Ce bouquin est un conte de 250 pages. Avant de l'ouvrir, sans avoir aucune idée de quoi ça allait parler, j'ai essayé de deviner en regardant uniquement cette couverture bleu bizarre. J'ai pensé de suite à la cotte de maille de Gimli et puis ensuite à mes tringles à rideaux. Puis à une grille et enfin à un pull en laine. Mais il y a quand même une ...

Lire la suite...

Soumission

Article publié le samedi 12 septembre 2015 à 22:45

Par : Culturemania

cover
views
2742
likes
1
comments

Avec ma virée dans les romans de Michel Houellebecq, vous vous doutez bien que je n'allais pas passer à côté de Soumission. les médias ont tellement rabâché de saloperies autour de ce roman, à en faire un telle histoire, que je voulais le lire d'un bout à l'autre pour me forger une opinion. Elle est faite, et je peux maintenant penser librement que les gens qui ont traité ce bouquin d'islamophobe ne l'ont pas lu. Je vais bien sûr expliquer pourquoi.

Lire la suite...

Waylander

Article publié le mardi 03 juin 2014 à 17:09

Par : manu_wit

cover
views
2854
likes
0
comments

Voici une série de trois tomes que j'ai beaucoup apprécié. David GEMMELL nous plonge dans une histoire mélangeant moyen-âge et fantastique. Dakeyras, simple fermier, verra sa vie changée après le massacre de toute sa famille. Pour se venger, il pourchassera les agresseurs et noircira son âme jusqu'à devenir lui-même un assassin du nom de Waylander.

Lire la suite...

Antigone

Article publié le vendredi 06 janvier 2017 à 21:31

Par : Culturemania

cover
views
3299
likes
2
comments

Jusqu'à mes 18 ans, j'ai détesté la lecture. J'accuse directement l'école qui n'a pas su me faire découvrir la richesse les livres et de leur diversité. Tant de bouquins poussiéreux nous ont été présentés. Tantôt des romans autobiographiques à vomir, tantôt des pièces de théâtre qui n'avaient aucune chance d'intéresser les ados que nous étions. Et puis, si je sais que je ne rouvrirai jamais les Confessions de Rousseau, il y a d'autres lectures qui peuvent êtr...

Lire la suite...

Des vies en mieux

Article publié le samedi 13 juin 2015 à 23:17

Par : manu_wit

cover
views
2975
likes
0
comments

Anna Gavalda, 'Des vies en mieux'... ma vie aurait peut-être été meilleure si je n'avais pas lu ce bouquin. J'ai rarement eu cette envie de ne pas finir un livre avant sa dernière page. Le dernier fut 'Chroniques de Mars' d'Asimov. Et oui, une critique n'est pas forcément bonne !

Lire la suite...

Dead Zone

Article publié le jeudi 14 juillet 2016 à 12:54

Par : Culturemania

cover
views
2479
likes
1
comments

Encore lui. Cet homme n'en finira jamais de nous faire nous planquer sous les draps. Je parle bien sûr de Stephen King. Trop longues ont été les semaines sans parler de lui. Lire un de ses bouquins lui laisse le temps d'en écrire un nouveau. J'ai encore du retard, et je n'ai toujours pas lu Docteur Sleep, c'est dire s'il me devance. Trêve de bla bla car il est grand temps de parler de John Smith et de son don de seconde vue depuis qu'il s'est fracassé contre les quatre-vingts kilos d'...

Lire la suite...

Antigone

Article publié le vendredi 06 janvier 2017 à 21:31

Par : Culturemania

cover
views
3299
likes
2
comments

Jusqu'à mes 18 ans, j'ai détesté la lecture. J'accuse directement l'école qui n'a pas su me faire découvrir la richesse les livres et de leur diversité. Tant de bouquins poussiéreux nous ont été présentés. Tantôt des romans autobiographiques à vomir, tantôt des pièces de théâtre qui n'avaient aucune chance d'intéresser les ados que nous étions. Et puis, si je sais que je ne rouvrirai jamais les Confessions d...

Lire la suite...

Joyland

Article publié le lundi 04 avril 2016 à 19:11

Par : Culturemania

cover
views
2691
likes
2
comments

On a tous traîné notre bosse dans les fêtes foraines. Et là je ne parle pas de ces immenses et immondes parcs à thèmes. Je parle des fêtes foraines. On y a tous traîné. On a tous pris notre première chenille infernale, on s'est tous cassé la gueule dans les roues du palais du rire, on a tous failli vomir sur ces bolides qui nous remuent dans tous les sens et enfin on a tous ...

Lire la suite...

Inferno

Article publié le samedi 11 avril 2015 à 18:03

Par : manu_wit

cover
views
2988
likes
2
comments

Notre cher professeur anglais de symbologie, Robert Langdon, est de retour dans Inferno. Cette fois-ci, il se retrouve en Italie, à Florence exactement. Alité dans un lit d'hôpital, Robert reprend lentement connaissance en compagnie de Sienna Brooks, la femme médecin a son chevet. L'aventure de ces deux-là ne fait que commencer ! Tous les adeptes de Dan Brown ne seront pas déçus par ce nouvel opus.

Lire la suite...

PARTICIPER !

  • Rediger un nouvel article et gagner 10 points !
  • Enrichir un article existant et gagner 1 point !
  • Valider et corriger un article et gagner 5 points !
  • Faire connaître ses propres créations !
  • Créer une immense base de données gratuites et sans publicité.
  • Commenter les articles publiés sans avoir besoin de s'inscrire.

A QUOI CA SERT ?

Le but de Culturemania est de donner un moyen simplifié à tout un chacun pour s'exprimer sur la Culture et partager son avis sur une oeuvre, livre, film, spectacle, artiste, découverte....


Si vous êtes à l'origine d'une création culturelle, c'est aussi le bon endroit pour venir en parler vous-même et partager ensuite votre article sur les réseaux sociaux !


De plus, plus vous participez, plus vous gagnez des points. Régulièrement, nous organiserons des jeux concours sous différentes formes et ceux qui auront le plus grand nombre de points auront de fait le plus de chance de gagner.