cover

Minuit 4

Article écrit par Culturemania le mardi 15 juillet 2014 à 00:18
0 personne a aiméAdd Like
Voilà ce qui devait arriver. Vous avez pu voir il y a quelques temps que j'ai écrit quelques petits mots sur Minuit 2, et mesdames et messieurs, voici maintenant l'heure de parler de Minuit 4. Deux nouvelles par bouquin, deux bouquins, quatre nouvelles, et surtout 4 nouvelles raisons de vous faire adorer Stephen King. Ici, il va plus que jamais nous faire partir d'une chose totalement anodine pour nous plonger au plus profond de l'horreur dans des petites bourgades Américaines où les secrets des uns font la gourmandise des autres. Action, grand maître.


Titre original : Four past Midnight

Auteur : Stephen King

Le policier des bibliothèques :

L'histoire que je vais essayer de vous raconter se passe a Junction City, aux Etats-Unis d'Amérique. Sam Peebles, agent immobilier et assurance reçoit un coup de fil de Craig. Pour faire simple, Joe l'acrobate époustouflant a cassé sa pipe, et ne peut plus assurer le spectacle de la conférence de ce soir au Rotary Club. Sam va alors avoir la lourde tâche de le remplacer en faisant un discours à ce public si facilement ivre, mais tout autant attentif. Son assistante va faire son boulot, l'assister, en lui proposant d'aller se munir de livres donnant quelques trucs et astuces lorsqu'on n'est pas habituer à s'adresser à un auditoire. Et c'est là que la véritable histoire commence, car pour cela, Sam va devoir se rendre à la bibliothèque.

Et à la bibliothèque, il y a toujours une bibliothécaire, une sorte de dragon fumant derrière deux infâmes verres de lunette qui la rendent encore plus terrifiante. Et cette femme a le pouvoir, un pouvoir énorme sur les petits enfants qui ne savent pas garder le silence ou qui ne savent pas ramener leurs livres à temps. Cette femme, Sam va la rencontrer, et elle s'appellera Ardelia Lortz, et elle lui enverra le Policier des bibliothèques s'il ne rapporte pas ses livres à temps. Car oui, ce sont Ses livres, et c'est Sa bibliothèque. Mais lorsque Sam revient une deuxième fois à la bibliothèque, elle ne ressemble en rien à ce que Sam avait pu voir lors de sa première visite, et personne ne semble se rappeler d'une Mlle Lortz travaillant ici. Ceux qui se souviennent ne veulent pas entendre parler du nom maudit de Lortz. Le danger va devenir réel avec le récit de la vie de supplice d'Ardelia Lortz par le plus inattendu des habitants de la ville. Son secret sera leurs gourmandise, mais une gourmandise qui empoisonne.

Le molosse surgi du Soleil :

A Castle Rock, c'est l'anniversaire de Kevin, 15 ans. Hormis un gros gâteau d'anniversaire, Kevin reçoit un superbe Polaroid Soleil 660, un sacré appareil. Seul hic, l'appareil semble cassé, enfin, pas tout à fait. Il prend bien des photos, mais pas de ce qui se trouve en face de l'objectif lorsque Kevin appuie sur le 'clack' et lance alors ce doux grésillement huileux. Non, seule la photo d'un chien devant un barrière de bois sort inlassablement. Il décide alors d'aller le faire vérifier au vieux Pop Merril qui tient un bazar à tout vendre et qui est le bricolo-arnaqueur malin du coin. D'ailleurs, voilà un lien avec une autre histoire, Bazaar. Mais Pop va vite comprendre que la photo qui sort n'est jamais exactement la même. En en prenant plusieurs, et en les mettant bout à bout, on obtient comme un film, ou plutôt une animation, comme les petits dessins animés qu'on faisait gamin sur des petits blocs de papier couleur qu'on faisait défiler à la force du gras du pouce. Oui mais voilà qu'ici, le chien se rapproche de plus en plus de l'objectif, et semble de plus en plus réel, et de moins en moins chien. Car ce n'est pas un chien, c'est un Molosse, et tout ce qu'il semble vouloir, c'est sortir de l'appareil pour venir se restaurer.

Article écrit par Culturemania le mardi 15 juillet 2014 à 00:18

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Extension du domaine de la lutte

Il fait partie de ces gens que j'écoute avec passion mais que je n'ai jamais lu. Un peu comme Jean d'Ormesson. Alors avec tout le foin qu'a fait son dernier roman Soumission, on ne peut plus tellement passer à côté. J'ai donc été acheter non pas l'intégrale Houellebecq mais un bon morceau. Et la question qui s'est imposée a été : par lequel commencer ? Je pensais attaquer avec Soumission, mais j'aime bien l'idée de commencer avec le moins récent. Et en plus, c'était le plus fin de ma brouette. Que l'extase commence.

cover

La Servante écarlate

Defred fait partie des Servantes écarlates de la République de Gilead. Elle nous conte son histoire à travers les pages de ce roman, tantôt se remémorant son passé, tantôt décrivant ce présent sombre et écrasant. D’ailleurs, Defred n’est pas son vrai prénom. On le lui a donné le jour où elle est arrivée chez son commandant. Elle lui appartient jusqu’à ce qu’elle lui offre un enfant. Si elle ne réussit pas sa mission, elle sera déclarée non-femme, et dieu seul sait ce qui lui arrivera…

cover

Charlie

Et si une enfant de 8 ans pouvait foutre le feu à la Terre ou la faire se séparer en deux comme une noix par la simple force de sa volonté ? C’est bien ce qui pourrait se passer s’ils décident de la pousser à bout. Qui ? Charlène McGee, mais tout le monde l’appelle Charlie.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !