cover

Scintillation

Article écrit par Sowilo le lundi 19 janvier 2015 à 22:23
0 personne a aiméAdd Like
Roman d’anticipation. Tels sont les seuls petits mots qui ont pu me faire tomber sur Scintillation. Ça, et une quatrième de couverture intrigante, qui me promettait déjà autre chose qu’un pseudo 1984 moderne. Promesse tenue. John Burnside, auteur et poète écossais, nous sert un roman étrange et hypnotique, très loin des standards de géopolitique fictives souvent associés à l’anticipation.


Editeur : Métailié

Le récit alterne les personnages et les points de vue. Surement parce que le personnage principal, c’est l’Intraville, cet endroit oublié du monde, friche industrielle qui a pour cœur son ancienne usine désaffecté qui transpire sa corruption, autant chimique que psychologique, sur tout ce qui vit aux alentours. Dans l’Intraville, des enfants disparaissent. C’est un fait. On les appelle les enfants perdus, comme dans Peter Pan. Est-ce que c’est un fait susceptible de changer quoi que ce soit en Intraville ? Ça, c’est une autre question. Il y aurait une enquête à faire, des choses à bousculer pour découvrir la vérité. Et quand bien même, quand tout est englué dans une pourriture tenace, qu’est-ce qu’on en ferait, d’une vérité ?

Scintillation navigue au travers des personnages comme au travers des genres, entre thriller, policier, société, roman d’apprentissage, poésie salvatrice et horreur indicible. Que Burnside soit poète ne m’étonne pas, vu l’élégance de son écriture, même après traduction. C’est cette scintillation-là qui attire le lecteur à son tour en Intraville, même si on comprend très vite qu’elle ne nous veut aucun bien. A l’intérieur du roman, le point brillant, c’est Léonard, un jeune garçon qui devient d’autant plus attachant qu’il semble être la seule étincelle de vie véritable là-dedans. A côté du reste, ses réflexions, mêmes les plus cyniques, sa soif de savoir et son appétit sexuel semble, effectivement, scintiller. C’est cette pensée et ce recul que l’Intraville n’a pas. En Intraville, on sait mais on ne fait rien, on est lâche et corrompu, mou, on ne veut pas voir, on attend. Et il y a cet Homme Papillon qui rôde, figure empruntée au folklore américain, ici à cheval entre la mythologie qui lui donne son nom et l’archétype communément admis du pédophile moderne.

Incroyable comme ce titre est bien choisi. Dans cette noirceur gluante, il y a bien quelque chose qui brille, une écriture, des messages diffus, nombreux et bien emmenés (entre écologie, société etc.), qui laisse des traces après la lecture. A conseiller aux optimistes, et c’est bien là tout le paradoxe, mais aux optimistes qui ne craignent pas les berceuses empoisonnées.

Article écrit par Sowilo le lundi 19 janvier 2015 à 22:23

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Chroniques Martiennes

L'évocation du voyage sur Mars est quelque chose qui est quasiment devenu commun à notre époque. Mais en 1950, Youri Gagarine n'avait pas encore effectué son premier vol dans l'espace, il faudra attendre 1961 pour ça. Et il faudra attendre Neil Armstrong en 1961 pour voir un homme se poser sur la Lune là où la main de l'homme n'a jamais mis le pied. Mais dès 1950, l'exploration Lunaire était déjà lancée avec l'étude de nombreux programmes spatiaux dans un cadre de course à celui qui pisse le plus loin entre l'Union Soviétique et les Etats-Unis. J'imagine que c'est tout ça qui a inspiré ce bon vieux Ray.

cover

La coupure électrique

Ayant eu l'honneur de participer à cette belle aventure grâce à Vincent que je remercie encore, je me permet aujourd’hui de vous parler d'une prochaine parution. Une nouvelle dont je suis l'auteure, et dont je souhaite vous faire part afin qu'en amont on parle déjà un peu d'elle. Son titre ? (En espérant qu'il ne passe pas inaperçue) La coupure électrique. Sa date de parution ? Incessamment sous peu.

cover

Il faut qu'on parle de Kevin

Avez-vous déjà rêvé de lire le journal intime d'une femme ? Voici l'occasion d'entrer dans les pensées les plus intimes d'Eva Khatchadourian. Oui mais voilà, Eva n'est pas une femme prise au hasard, c'est la mère de Kevin... et Kevin a tué 9 personnes dans son lycée à la veille de ses 16 ans. Je ne gâche rien, c'est même marqué sur la quatrième de couverture !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !