cover

Scintillation

Article écrit par Sowilo le lundi 19 janvier 2015 à 22:23
0 personne a aiméAdd Like
Roman d’anticipation. Tels sont les seuls petits mots qui ont pu me faire tomber sur Scintillation. Ça, et une quatrième de couverture intrigante, qui me promettait déjà autre chose qu’un pseudo 1984 moderne. Promesse tenue. John Burnside, auteur et poète écossais, nous sert un roman étrange et hypnotique, très loin des standards de géopolitique fictives souvent associés à l’anticipation.


Editeur : Métailié

Le récit alterne les personnages et les points de vue. Surement parce que le personnage principal, c’est l’Intraville, cet endroit oublié du monde, friche industrielle qui a pour cœur son ancienne usine désaffecté qui transpire sa corruption, autant chimique que psychologique, sur tout ce qui vit aux alentours. Dans l’Intraville, des enfants disparaissent. C’est un fait. On les appelle les enfants perdus, comme dans Peter Pan. Est-ce que c’est un fait susceptible de changer quoi que ce soit en Intraville ? Ça, c’est une autre question. Il y aurait une enquête à faire, des choses à bousculer pour découvrir la vérité. Et quand bien même, quand tout est englué dans une pourriture tenace, qu’est-ce qu’on en ferait, d’une vérité ?

Scintillation navigue au travers des personnages comme au travers des genres, entre thriller, policier, société, roman d’apprentissage, poésie salvatrice et horreur indicible. Que Burnside soit poète ne m’étonne pas, vu l’élégance de son écriture, même après traduction. C’est cette scintillation-là qui attire le lecteur à son tour en Intraville, même si on comprend très vite qu’elle ne nous veut aucun bien. A l’intérieur du roman, le point brillant, c’est Léonard, un jeune garçon qui devient d’autant plus attachant qu’il semble être la seule étincelle de vie véritable là-dedans. A côté du reste, ses réflexions, mêmes les plus cyniques, sa soif de savoir et son appétit sexuel semble, effectivement, scintiller. C’est cette pensée et ce recul que l’Intraville n’a pas. En Intraville, on sait mais on ne fait rien, on est lâche et corrompu, mou, on ne veut pas voir, on attend. Et il y a cet Homme Papillon qui rôde, figure empruntée au folklore américain, ici à cheval entre la mythologie qui lui donne son nom et l’archétype communément admis du pédophile moderne.

Incroyable comme ce titre est bien choisi. Dans cette noirceur gluante, il y a bien quelque chose qui brille, une écriture, des messages diffus, nombreux et bien emmenés (entre écologie, société etc.), qui laisse des traces après la lecture. A conseiller aux optimistes, et c’est bien là tout le paradoxe, mais aux optimistes qui ne craignent pas les berceuses empoisonnées.

Article écrit par Sowilo le lundi 19 janvier 2015 à 22:23

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Le Dernier jardin, tome 1 : Ephémère

Nous allons suivre Rhine, une jeune fille de 16 ans, qui va être enlevée pour devenir la femme de Linden ; tout comme deux autres filles, Jenna et Cecily. On est ici dans un monde dystopique puisqu'un virus s'est propagé depuis plusieurs années, qui a pour conséquence que les hommes meurent tous à 25 ans, et les femmes à 20 ans. En résumé : une histoire prenante et un premier tome prometteur pour la suite de la saga.

cover

No et Moi

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies. Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle. No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage. No dont l’errance et la solitude questionnent le monde. Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

cover

Promenons-nous dans les bois

Si vous aimez la montagne, que vous avez toujours eu envie de traverser les Appalaches, mais que vous êtes trop fainéant pour le faire - et puis bon, c'est beaucoup trop loin de toute façon, pourquoi ne pas le faire en le lisant ? Et quel meilleur auteur choisir lorsque l'on veut voyager sans que cela ressemble à du Lonely Planet imbuvable, tout en profitant d'une sacrée dose d'humour ? Il existe un homme pour ça, qui a traversé quelques pays et qui a eu l'excellentte idée d'être aussi écrivain, et cet homme s'appelle Bill Bryson.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !