cover

Terreur

Article écrit par fraf le samedi 17 mai 2014 à 00:01
0 personne a aiméAdd Like
Si je vous parle de Sir John Franklin ? Si je vous parle de l'Erebus et du Terror ? Her Majesty's Ship Erebus et Her Majesty's Ship Terror, 2 bombardes anglaises, partent de concert et tranquillou côté préparation (ah bon ? c'est bien sur ça ?) à la recherche de la voie du nord en 1845 ? Non ? C'est de l'histoire, vous devriez savoir bande d'inculte ! Vous n'avez donc fait que poser votre cul sur les bancs de l'école ?


Titre original : The Terror

Auteur : Dan Simmons

Allez, Dan est sympa, il est sympa le Dan (même si il est ultra libérale (comme le montre clairement son dernier roman, Flashback), pour le coup il est sympa et il nous conte pour nous, rien que pour nous (vous aussi vous trouvez qu'il y a trop de virgule et pas assez de point dans ce paragraphe) l'histoire des HSM Terror, HSM Erebus, de leur capitaine d'expédition, Sir John Franklin, de la mystérieuse et magnifique Lady Silence et du ... de ... de la terreur elle-même.

Que vous dire si ce n'est que ce roman m'a marqué. Je suis un grand fan de Shackleton et je pratique les paysages froids (quoique que je sois un poil frileux dans l'âme). Un roman du grand Dan Simmons (Hyperion et Endymion vivent encore en moi) dans les grandioses et froids paysages de l'Arctique ne pouvait que m'attirer. Et ses plus de 1000 pages étaient un gage de plaisir au long court. Plaisir oui mais pas seulement. 129 hommes vivants, entassés les uns sur les autres, dans les glaces avec comme seul havre 2 bombardes. Comment vivre dans un pays où il n'y a rien d'autre que de l'eau gelée, du froid à fendre et du vent à hurler ? Comment vivre quand on ne sait pas où on va, quand on ne sait même pas si on va quelque part ? Comment vivre quand ce qui devrait vous maintenir en vie vous tue presque aussi sûrement que ne vous tue le clément climat qui vous hurle des températures ultra-négatives en rafale de blizzard ?

"Se pouvait-il qu'elle eût chassé ? En plein hiver, dans les ténèbres, dans le blizzard ? Et qu'aurait-elle pu chasser ? Les seules créatures présentes sur la banquise - et sous la banquise - étaient les ours et la chose qui traquait les hommes de l'Erebus et du Terror. John Irving eut une idée terrifiante. Pendant une seconde, il fut tenté d'aller vérifier une nouvelle fois la serrure de la morgue. Puis il eut une idée plus terrifiante encore."

Et pourtant. La vie est là. La vie trouve toujours une voie, pas toujours attendue, pas toujours évidente. Et comme souvent, les apparences ...

Article écrit par fraf le samedi 17 mai 2014 à 00:01

Commentaires

je vais de ce pas, me procurer ce livre

Ecrit par christian le mardi 27 mai 2014 à 19:56

J aime ta critique, j emploie ce mot à dessein. Et même si tes derniers mots me renvoie à un film peuplé de créatures préhistoriques, je crois que "Dan le sympa" va bientôt me faire frémir de froid et de terreur .....

Ecrit par Foxheart le jeudi 25 septembre 2014 à 23:22

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Vers le bleu

J'ai reçu ce livre par le biais de Juliette des éditions Sarbacane que je remercie de tout cœur de me faire confiance et de m'avoir envoyé un livre aussi beau. Je vous laisse avec le résumé très prenant : Coincée dans une caravane entre une mère irresponsable et une petite sœur farfelue, Nel, 18 ans, voudrait fuir sa vie trop étroite. Partir loin, juste après l'élection de la Mini-Miss Camping à laquelle Noush rêve de participer... Mais rien ne se passera comme prévu, dans la vie 'cabossée bizarre' de Nel et Noush. Et tant mieux, au fond : sinon, comment pourraient-elles espérer aller un jour vers le Bleu ?

cover

Le Chardonneret

Parfois, il arrive des (mes-)aventures si extrêmes, si violentes, si obsédantes qu’elles déterminent toute une vie. Le secret de Théo, aussi lourd de sens que de menace, imprègne son destin. Ils s’agrippent l’un à l’autre, comme pour ne pas tomber plus bas, comme pour se sentir vivant. Son tableau, son trésor. "Si un tableau se fraie vraiment un chemin jusqu'à ton cœur et change ta façon de voir, de penser et de ressentir, tu ne te dis pas « oh, j'adore cette œuvre parce qu'elle est universelle », « J'adore cette œuvre parce qu'elle parle à toute l'humanité ». Ce n'est pas la raison qui fait aimer une œuvre d'art. C'est plutôt un chuchotement secret provenant des ruelles. Psst, toi, hé gamin, oui, toi. Un bout de doigt qui glisse sur la photo fanée."

cover

Bazaar

L'ouverture d'un nouveau magasin, dans une petite ville, fait figure d'événement. Dans Bazaar, sortit en 1993 chez Albin Michel, Stephen King nous amène dans la petite ville Américaine de Castle Rock pour nous raconter l'ouverture du Bazar des rêves. Que peut-il se cacher sous ce nom bizarre ? C'est ce que se demandent tous les habitants de la petite bourgade à la veille de l'ouverture des portes. Seul une pancarte qui pend dans l'entrée par un bout de ficelle peut venir nourrir leur imaginaire : "Le Bazar des Rêves, un nouveau genre de boutique. Vous n'en croirez pas vos yeux !".

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !