cover

Une bouche sans personne

Article écrit par Culturemania le samedi 17 septembre 2016 à 21:46
likes
1 personne a aiméAdd Like
Un conte. Ça fait cinq minutes que je me torture pour trouver le bon mot et finalement, je n'en trouve pas d'autre. Ce bouquin est un conte de 250 pages. Avant de l'ouvrir, sans avoir aucune idée de quoi ça allait parler, j'ai essayé de deviner en regardant uniquement cette couverture bleu bizarre. J'ai pensé de suite à la cotte de maille de Gimli et puis ensuite à mes tringles à rideaux. Puis à une grille et enfin à un pull en laine. Mais il y a quand même une notion claustrophobe, de cachette ou de dissimulation. Hey, on dirait que je touche du bout de l'esprit le contenu de ce conte.


Auteur : Gilles Marchand

Éditeur : Aux Forges de Vulcain

Et oui, un conte ou une fable de notre époque. Quand on lit le résumé, on se demande bien ce que l'on va lire. C'est l'histoire d'un mec qui est comptable, tu parles d'un métier. Il se lève, ajuste son écharpe sur le bas de son visage, sort de chez lui, s'enferme dans son bureau non loin de cette putain de machine à eau à la con, compte et regarde des chiffres, part du bureau, passe chez lui prendre une douche et va au bistrot retrouver Lisa, Sam et Thomas. Lisa est toujours là, derrière le bar quand elle n'est pas à bidouiller la musique. Sam et Thomas sont parfois là les premiers, parfois pas. Mais fatalement, tous les quatre se retrouvent tous les soirs depuis 9 ans. Les fantômes passent aussi de temps en temps, se brûlent avec un café trop chaud, payent et repassent la porte. Et voilà, le cadre est posé. Même si je ne vous ai pas encore parlé de la boulangère qui décide de la météo, de la dame au chien qui finira éventuellement par pisser elle-même sur le lampadaire ou encore de la concierge de l'immeuble qui a claqué et qui a laissé avec sa mort des montagnes de cadavres de poubelles.

Personne ne nous a assis dans ce café. Personne n'a jugé utile de nous présenter. Nous sommes ici parce que nous y sommes bien et qu'il n'y a que notre blabla à nous, jamais imposé.
preview

Mais le cœur de l'histoire n'est pas vraiment là. Il y a celle de Sam, qui reçoit des lettres de ses parents sans savoir vraiment si ce sont ses parents. Thomas qui lui est sur le point de terminer son livre. Mais qui pourra le lire ? Il ne sait pas. Ses enfants, peut-être, mais dans quel monde vivent-ils ? La claque n'est pas loin mais attendez, la vraie va arriver avec l'histoire du comptable à l'écharpe qui masque son visage. Ce homme qui compte des chiffres la journée. Le socle de son entreprise. Il compte, et le soir il va rejoindre Lisa, Sam et Thomas. Et tout va partir d'un autre café trop chaud qui s'écoule quelques millimètres trop bas pour aller tâcher l'écharpe qui masque son visage. Puis les amis vont faire leur boulot et il va se mettre à parler, un peu tous les soirs. Entre temps, il rentrera chez lui, verra les poubelles s'accumuler, fera peur à la dame au chien et se fâchera presque avec sa boulangère. Et puis le lendemain il parlera de nouveau. Lisa le regarde, comme les deux vieux assis derrière, et puis cette nouvelle dame, cette autre encore et tous ces gens qui jour après jour sont de plus en plus nombreux à venir assister à ces récits qui donnent de plus en plus de boulot à Lisa. Ce sera l'histoire de son drame qui est un des drames du passé de la France. L'histoire de ce môme qui aujourd'hui a une cicatrice du menton jusqu'au milieu du ventre. Ce môme qui a suivi son grand-père Pierre-Jean partout, à Paris, à Bordeaux et à l’hôpital.

Bon, c'est génial, l'histoire est terriblement prenante, j'ai lu le bouquin en deux fois en maudissant la nuit de séparer les jours. C'est une écriture simple qui est très agréable à lire, on ne peut pas s'en décoller. Il faudra aller jusqu'au bout pour lire le mot qui va nous faire comprendre le passé de ce personnage et pourquoi tout le reste lui est arrivé. Et puis il y a tant d'autres choses loufoques qui donnent à ce bouquin son côté conte ou fable magique malgré la puanteur des poubelles et les douleurs au visage. Et puis le petit clin d’œil au bouquin de García Márquez m'a évidement fait penser à Cent ans de solitude que j'ai lu avant l'été.
Une bouche sans personne, c'est le genre de bouquin qui me file envie d'aller en taule pour pouvoir passer mes journées à lire.

Article écrit par Culturemania le samedi 17 septembre 2016 à 21:46

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Dead Zone

Encore lui. Cet homme n'en finira jamais de nous faire nous planquer sous les draps. Je parle bien sûr de Stephen King. Trop longues ont été les semaines sans parler de lui. Lire un de ses bouquins lui laisse le temps d'en écrire un nouveau. J'ai encore du retard, et je n'ai toujours pas lu Docteur Sleep, c'est dire s'il me devance. Trêve de bla bla car il est grand temps de parler de John Smith et de son don de seconde vue depuis qu'il s'est fracassé contre les quatre-vingts kilos d'un joueur de hockey maladroit. Puis du second accident.

cover

Misery

Un nouveau huit-clos. Paul Sheldon, écrivain de best-sellers a publié une série de romans mettant en scène le personnage de Misery. Des fans, toujours de plus en plus, des femmes qui lui répètent qu’elles sont leur admiratrice numéro un. Mais parmi elle, une a complètement basculé et serait prête à tout pour que les aventures de Misery ne s’arrêtent jamais. Prête à tout.

cover

Les Lutins Urbains - Tome 2

On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité. Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains ! Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’agaceries, tracasseries, et espiègleries… Ordinateurs en folie… smartphones ensorcelés… Quel est donc ce “virus” qui menace la Grosse Cité ? À peine remis de sa rencontre avec le Pizz’ Raptor, Gustave Flicman doit se rendre à l’évidence : un nouveau lutin menace la ville ! Comme par hasard, revoilà le Professeur B. Avec son aide, le jeune policier se lance sur la piste du redoutable Bug le Gnome. Vite ! Ça sent déjà le grillé… Gustave parviendra-t-il à ne pas péter les plombs ? Car voilà ses 5 sœurs à l’hôpital, victimes d’une mystérieuse intoxication… Tandis que Bug le Gnome s’est introduit dans le Laboratoire d’Étude et de Recherche Nucléaire de la Grosse Cité…

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !