cover

Boulevard des Airs : Bruxelles

Article écrit par Sowilo le jeudi 16 juillet 2015 à 13:27
likes
1 personne a aiméAdd Like
C’est festif sans être idiot, ça fait plaisir un peu à tout le monde sans être vide, c’est donc un de mes albums de l’été, sans hésiter.


Label : Sony Music

On avait commencé à entendre parler d’eux dès leur premier album, avec la chanson Cielo Ciego. A la veille de la sortie de ce petit troisième, Emmène-moi passe déjà assez largement sur les ondes. Ça, plus une propension à aimer les guests reconnus, et on commence un peu à stresser sur ce qui nous attend, malgré la sincérité et l’énergie communicative qui se dégage de leurs prestations scéniques. C’est l’heure du tournant pour le groupe tarbais de chansons festives et engagées, l’heure de savoir, justement, où ils nous emmèneront.

Intro hispanique très dépaysante, à se demander si on est bien chez BDA, qui introduit également la nouvelle voix féminine qu’on retrouvera à intervalle régulier. En avant, tranquillement, mais sûrement. Car ce qui frappe après quelques titres, c’est l’assurance qu’ils ont pris. Les morceaux sont carrés, mieux écrits, et surtout sacrément variés, et ce, dès la première chanson, qui est probablement leur plus belle réussite à ce jour. Leurs influences restent reconnaissables mais mieux digérées, donnant à l’ensemble une solidité nouvelle. Leur musique reste à la croisée entre chanson française, rock et ska festif, avec cette touche espagnole qui ramène immanquablement à la Mano Negra ou Manu Chao par moment.
Au rayon influence, BDA n’en oublie pas de se maintenir dans l’air du temps. Ainsi, outre le fait qu’on trouve Zaz en invité, certains passages montrent que Fauve ou Stromae sont passés par-là. Tant qu’à faire dans le top 50, il y a pire comme influences, et l’album ne souffre pas de ces élans d’opportunismes.

Agréable d’un bout à l’autre, sans gros temps mort, Bruxelles montre que Boulevard des Airs est sur la bonne pente. Quelques prises de risques modérées y côtoient des refrains très très faciles, pour un résultat finalement bien ficelé. A continuer de surveiller de près si les sirènes médiatiques ne viennent pas gâcher leur musique à l’avenir.

preview
Article écrit par Sowilo le jeudi 16 juillet 2015 à 13:27

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Sonata Arctica : Ecliptica revisited

C’est une belle journée d’automne. Je suis à la sortie d’un grand magasin de produits culturels, et je me pose quelques questions sur mes attitudes de consommateur. J’ai dans les mains l’album Ecliptica de Sonata arctica. Le réflexe de Pavlov ne viendrait-il pas de me frapper ? Il suffit de quelques mots clés connus, et paf, c’est l’achat.

cover

Klone : Here Comes The Sun

Encore un de ces disques qui restera cantonné à la sphère métal, alors qu’il mériterait une audience plus large. Petit coup de cœur maison pour le dernier Klone, album estival made in France.

cover

Addicted : The Devin Townsend Project

Il y a quelques temps, je vous faisais une présentation du Devin Townsend Project et de son premier disque sous cette entité, Ki. Et manifestement, vu les stats, ça vous à plus. Tant mieux, c’est motivant. On continue donc avec Addicted, on est en 2009.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !