cover

Deconstruction : Devin Townsend Project

Article écrit par Sowilo le mardi 18 août 2015 à 21:14
0 personne a aiméAdd Like
Continuons à décortiquer la tétralogie du Devin Townsend Project. Il y a eu Ki, il y a eu Addicted, voici Deconstruction, le cap difficile avant la sérénité.


Producteur : Devin Townsend

Label : HevyDevy

La fin de l’album Addicted l’annonçait avec des accords inquiétants,  now deconstruct. La tranche de vie d’Addicted, l’existence superficielle et bruyante a ses limites. Un monde sépare encore l’artiste et la paix intérieure. Ce monde est peuplé de drogue, d’alcool et d’autres caches misères divers. Mais en convoquant beaucoup de potes et du gros, très gros son, on devrait s’en sortir. Déconstruisons tout, de force !
Sur ce troisième album du projet, seulement 9 pistes, et pourtant une grosse heure de son. Même si c’est de la musique, je parle volontairement de son, car Deconstruction est de loin l’album le plus bruitiste, bordélique et furieux de la série. Même s'il existe nettement pire en matière de musiques extrêmes, ceux qui ne jurent que par des formats et structures conventionnelles peuvent passer leur chemin.

A la manière d’un bon film d’horreur, les choses commencent pourtant très calmement. Le chant de Devin serait même plutôt posé. Pourtant, petit à petit, insidieusement, tout se transforment sur ce morceau d’ouverture, laissant apparaître un fatras de chœurs bizarres et une batterie métal qui, cette fois, n’est pas là pour nous faire danser. La première explosion est un coup de semonce de courte durée.  Stand enchaîne avec un rythme martial et pesant, renforcé par le génial Mikael Akerfeldt (Opeth), qui ne montre ici que sa façade la plus démoniaque.  Juular fait en suite office de single, qui tout en nous maintenant encore la tête hors de l’eau, nous fait subir un truc un peu Burtonien assez glauque et fou, tout en accélérant sérieusement le rythme de martèlement.

La suite lâche complètement la bride, ne freine aucune agressivité, et alterne les structures les plus étirées aux plus comprimées. Les invités sont nombreux, mais participent au capharnaüm ambiant sans chercher à se faire spécialement remarquer. On note quand même les beuglements du français Joe Duplantier (Gojira) sur Sumeria, ou la surprenante participation de Floor Jensan (qui deviendra par la suite miss Nightwish), qu’on n’avait jamais entendue dans un registre aussi extrême.

Alors, c’est barré, c’est bruyant et y a plein de monde, donc, c’est génial ? Ca se discute. J’aime bien ses mélodies évanescentes, mise à mort aussitôt qu’on les identifie un peu trop, et ce mix impressionnant de justesse malgré l’épaisseur du son. J’aime bien ce pic vertigineux au milieu de  Planet of the Apes, où Devin chante tristement "I'm sorry baby, I'm sworn to miles and miles of love". Sous un blast métronomique et froid de la batterie. J’aime bien la fin de parcours, hyper violent et jusqu’au-boutiste, qui illustre sans lésiner sur les bruits appétissants son envie de nous extraire sans ménagement tout ce qu’on a pu ingérer comme cochonnerie.

Pourtant, malgré cette purge finale, l’album reste pour moi indigeste, plus bordélique que complexe, voir chiant par moment. Summum du n’importe quoi, The Mighty Masturbator et ses délires électroniques bruitistes, qui confirment que la branlette ça peut rendre sourd.
L’idée artistique globale reste intéressante, le trop plein, l’explosion de quelque chose de bouffi et grouillant de substances et d’idées malignes. Déconstruction est une sorte de lavement à la musique. Seulement, comme tout lavement, c’est chiant, et ça fait mal par là où ça passe.

Le dernier chapitre sera le calme après la tempête, enfin.

Article écrit par Sowilo le mardi 18 août 2015 à 21:14

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Nightwish : Endless Forms Most Beautiful

'Une quantité de belles et admirables formes', ce sont des mots de Charles Darwin pour parler des miracles de l’évolution des espèces. Pour en faire un titre d’album, il fallait quand même avoir confiance. De tes cours de bio au métal symphonique, il n’y a qu’un pas, Nightwish.

cover

Boulevard des Airs : Bruxelles

C’est festif sans être idiot, ça fait plaisir un peu à tout le monde sans être vide, c’est donc un de mes albums de l’été, sans hésiter.

cover

Apocalyptica : Shadowmaker

Il y a parfois des noms qui vous suivent longtemps. Apocalyptica, j’étais ado et ils étaient déjà le groupe hors norme qui jouaient du métal au violoncelle. Aujourd’hui ils sortent leur huitième album studio et manifestement ils ont toujours à dire.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !