cover

Klone : Here Comes The Sun

Article écrit par Sowilo le mardi 28 avril 2015 à 21:25
0 personne a aiméAdd Like
Encore un de ces disques qui restera cantonné à la sphère métal, alors qu’il mériterait une audience plus large. Petit coup de cœur maison pour le dernier Klone, album estival made in France.


Membres : Florent Marcadet, Guillaume Bernard, Yann Ligner, Jean Etienne Maillard, Mika Moreau, Matthieu Metzger

Label : Klonosphere

Klone ne nous a pas habitués au soleil et à la lumière. Non qu’ils soient d’illustres inconnus, puisque le groupe est actif depuis le début des années 2000 et à l’origine du label indépendant Klonosphère. On peut même dire que Klone fait partie des quelques noms du métal français qui flirtent avec l’international, dans le sillage de Gojira. Leur musique, elle, sauf quelques récentes tentatives, ne respirait pas souvent le grand air et le ciel bleu, mais plutôt les travers sinueux et tourmentés du death métal progressif. La roue tourne, l’expérience fait son œuvre, appelez ça comme vous voudrez, mais Klone a changé son fusil d’épaule avec ce cinquième véritable album, pour le meilleur.

Les guitares sont le plus souvent claire, le chant rappelle Sting, la musique fait rock atmosphérique un peu prog, le son est d’une classe folle. C’est le printemps, une fin d’après-midi ensoleillée et chaude, la fenêtre ouverte, au calme. Montez le volume, voici déjà presque le morceau le plus costaud de l’album. Enjoy !

Non, ça n’est pas pour autant léger et niais, loin de là. Klone fait cogner un soleil qui fait du bien, mais qui chauffe, qui brûle un peu, qui fait peut-être cicatriser. A coup de rythmes posés, plus ou moins complexes, ils entremêlent guitares et basses claires, ne les épaississant légèrement que pour intensifier certains passages. Le saxophone est discret mais présent, petit élément de chaleur de plus. Le chant fait plaisir par sa maîtrise, loin de l’idée reçu du métalleux passé au chant clair.
Globalement, cette orientation peut faire penser au parcours récent d’Opeth, ou de leur pote Steven Wilson. Les sonorités et les émotions renvoyées sont différentes, bien personnelles à Klone, mais sous ces apparences grand public se cachent pourtant des mélodies aussi subtiles et peu directes que chez ces autres artistes du même bac. La découverte est agréable, heureusement, mais il faudra pourtant écouter un peu pour s’approprier les morceaux.

preview

La première moitié d’album s’écoule avec fluidité, grâce à des compositions bien ficelées et qui semblent sortir naturellement, à l’exception peut-être de « The Drifter » qui manque un peu de relief (question de goût). Passé l’hypnotique « Nebulous », on a une période un peu plus monotone, bien que toujours aussi travaillé, pour finir sur deux pistes bienvenues, « The Last Expérience » qui montre un peu les crocs et se fait indus par moment, et enfin « Summertime », acoustique, presque bluesy, qui honore là-encore les capacités vocales de Yann Ligner.

Here Comes the Sun est une agréable petite surprise, un album mature baigné d’une atmosphère positive mais contemplative, un peu nostalgique, un brin monocorde malgré tout. Il peut largement faire reconnaitre le groupe par d’autres franges du public rock, si seulement il parvient à leurs oreilles. Le métal, c’est la bonne école.

Article écrit par Sowilo le mardi 28 avril 2015 à 21:25

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Wintersun : Time I

Encore une formation du grand nord, comme son nom peut le laisser supposer. Wintersun est un groupe finlandais mené par Jari Mäenpää (ne me demande pas comment ça se prononce). Pour l’aspect historique, le bonhomme avait au préalable participé à l’essor du groupe Ensiferum, qui est toujours bien vivant aujourd’hui, avant de quitter le navire et de créer Wintersun en 2004. Seul maître à bord et désireux de conjuguer ses origines métaleuses nordiques à quelque chose de plus technique et américain, le groupe a sorti la même année son premier album, qui portait sobrement le nom du groupe. Ce fut un joli carton dans le petit milieu du mélo death, qui a propulsé directement Wintersun au rang de ceux qu’il faudrait surveiller de très près pour la suite.

cover

La Canaille : La Nausée...

C’est d’abord une basse et un flow que j’ai entendu. Pourtant, La Canaille, c’était d’abord un chant communard, et La Nausée évoque surtout Sartre. Le ton est donné, mais pas les manières de ce groupe de rap pas ordinaire.

cover

Apocalyptica : Shadowmaker

Il y a parfois des noms qui vous suivent longtemps. Apocalyptica, j’étais ado et ils étaient déjà le groupe hors norme qui jouaient du métal au violoncelle. Aujourd’hui ils sortent leur huitième album studio et manifestement ils ont toujours à dire.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !