cover

Klone : Unplugged

Article écrit par Sowilo le lundi 20 mars 2017 à 18:19
0 personne a aiméAdd Like
Vous vous souvenez des MTV Unplugged ? C’est cette émission occasionnelle américaine où des artistes se produisaient en acoustique qui a donné lieu à quelques sorties d’albums mémorables, parmi lesquelles Nirvana ou Eric Clapton. Nos petits français de Klone n’en sont peut-être pas là mais ils s’en inspirent très fortement pour sortir cet Unplugged, enregistré sans public mais dans les conditions du live. C’est prétentieux ? Franchement, peu importe, c’est le résultat qui compte. Je vous avais parlé de Klone avec l’album Here Comes the Sun, je me permets d’insister aujourd’hui après avoir écouté Unplugged.


Membres : Yann Ligner, Guillaume Bernard, Aldrick Guadagnino, Armelle Dousset

Label : Klonosphere

Klone est un groupe poitevin qui a pris concrètement son envol dans les années 2000, alors dans le milieu de ce métal français assez radical qui verra émerger pas mal de talents. Ils y bâtiront le label indépendant Klonosphere que les amateurs du genre connaissent probablement. Pourtant, Klone n’est pas resté arcbouté sur la petite sphère métal. En 2015, après une lente évolution, leur 5ième album « Here Comes the Sun » en avait presque totalement passé les barrières.
En ce sens, un disque acoustique aujourd’hui n’est pas franchement une surprise, cela semble même assez logique.

L’album se compose majoritairement de titres issus de Here Comes the Sun, plutôt bien sélectionnés, auxquels on rajoute quelques reprises, titres plus anciens et inédits. Bien entendu, le changement majeur et qu’il n’y a plus aucune saturation et presque aucune percussion. Les guitares aériennes et le chant prennent la majeure partie de l’espace.
C’est une autre approche de leur musique, qui parvient à en garder toute l’atmosphère et la classe. C’est bien joué, toujours aussi bien chanté et même bien accompagné, notamment par un surprenant accordéon qui vient s’ajouter au saxophone et aux quelques arrangements qui était déjà dans les habitudes du groupe.

Pour moi c’est une bonne occasion de renouveler le plaisir d’un album que j’avais apprécié l’an dernier, car son identité est complètement respectée sur cet Unplugged. Au niveau des autres titres, mention spéciale à la paisible « The Silent Field of Slaves » et surtout à « Into the Void », surprenante d’intensité pour de la musique débranchée.
Pour certain, Klone est et restera un peu trop linéaire, ça ne change pas. Moi, tout juste ferais-je ce reproche à « Grim Dance » et à « Summertime » qui est déjà une reprise et dont cette nouvelle apparition n’amène franchement rien.

Rien d’inoubliable, mais encore une belle occasion de découvrir ce groupe français trop peu reconnu et qui peut faire des liens entre plusieurs univers musicaux.

Article écrit par Sowilo le lundi 20 mars 2017 à 18:19

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Sweet Kisses

Souvenir, souvenir, quand tu me tiens. Lors d'une de mes nombreuses péripéties dans une grande enseigne culturelle, je découvrais le 2 juillet 2000, le 1er opus "Sweet Kisses" de Jessica Simpson. Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette interprète américaine a émergée en 1999, en pleine période de musique pop-teenage, mouvement musical succédant à la période boys band. Dans ce sillage, naquirent les princesses de la pop comme Britney Spears, Christina Aguilera et autres Mandy Moore. Le principe est alors le suivant : prendre des jeunes femmes généralement blondes, les faire chanter des textes sulfureux, ajoutez-y un coup de provocation et le tour est joué. Résultat : elles deviennent des phénomènes dont le seul objectif est de vendre des disques. Ainsi, les opus "Baby One More Time" de Britney Spears et l'album éponyme de Christina Aguilera sont des succès internationaux qui excelleront de part leurs provocations et autres coups de marketings en tous genres. Mais l'album "Sweet Kisses" de Jessica Simpson est bien différent de celui de ses consoeurs.

cover

Boulevard des Airs : Bruxelles

C’est festif sans être idiot, ça fait plaisir un peu à tout le monde sans être vide, c’est donc un de mes albums de l’été, sans hésiter.

cover

Guns N' Roses - Use Your Illusion

Les cons diraient que cela ne nous rajeunit pas. Moi je m'en tape, parce que comme vous avez pu le remarquer si vous zonez de temps en temps ici, la nouveauté n'est pas souvent à la page. Pour ma part, la nouveauté m'emmerde et en musique particulièrement, où les saloperies de ces 10 dernières années atteignent l'état de grâce de la face cachée du vide ordure. Alors retour au tout début des années 90 avec du bon, du gros, du lourd, du gras, du sale. La sueur était au menu.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !