cover

Naive : Altra

Article écrit par Sowilo le samedi 16 mai 2015 à 18:56
0 personne a aiméAdd Like
On reste cette fois encore loin des ondes et des formats musicaux standards. Pourtant, voici de la musique qu’on ne doute pas avoir été faite avec les tripes. Beauté métallique au menu.


Membres : Mox, Jouch, Rico.

Autoproduction

Naïve est formé de 3 musiciens ayant déjà sévi dans le bouillonnant vivier de groupes toulousains. Sous cette entité, ils se sont attiré un certain succès critique mérité de la part de la presse spécialisée, grâce à un savant mélange de métal post quelque chose, de trip hop et d’électro, qui réussit forcément à attirer l’attention notamment lors des concerts. Voici leur troisième album, Altra.

Est-ce que ce patronyme peut être un qualificatif de leur musique ? A première vue, non, car l’atmosphère n’est pas à l’innocence, à la niaiserie. En revanche, ce que leur musique à de naïf, c’est cette constante recherche de l’émotion, de l’accord juste, au détriment de la technique ou de l’efficacité. Cette adresse directe aux sentiments, couplé au fait que le groupe joue sur des genres assez peu reconnus du grand public, pourra certainement en fermer l’accès pour beaucoup d’auditeurs. Cela s’appliquait déjà aux 2 premiers albums, et Altra n’y déroge pas.

Altra, pour peu qu’on y soit réceptif, donne l’impression que l’on sort à la fois d’une montagne russe et d’un massage, mais auditif. Ça secoue, ça détend, ça soulage, et on en redemande, mais pas tout de suite. Cette réussite est due à un bon équilibre et une bonne cohérence de l’ensemble, ce qui est un progrès pour Naïve. Les structures sont très étirées et jaugent les alternances à l’échelle de l’album. On passe du plus électro et éthéré à des parties bien saturées sans perdre le fil. Les parties métal bénéficient cette fois d’un son peut-être plus classique, mais efficace et puissant, ce qui permet au groupe de proposer quelques riffs bien sentis et quelques claquements de double caisse, ce qui n’était pas dans leurs habitudes. Pour autant, le chant se contente de se saturer artificiellement de temps en temps, mais n’atteint jamais de registre extrême. C’est ça, que du chant clair. Mais cette voix traînante et un peu désabusée est le vecteur majeur d’émotion, encore faut-il l’accepter au premier degré, sans recul, car tels sont ses textes et la musique qui l’accompagnent.

On peut trouver que l’album manque un peu de vrai temps fort par rapport aux autres sorties du groupe, mais en fait ceux-ci sont distillés de-ci de-là et assurent un tout un peu homogène, mais du coup, plaisant. L’électronique est sacrément bien mélangée au reste, s’intégrant à cette production aux petits oignons. Finalement, le paris est d’arriver à faire oublier la relative simplicité des airs et l’étirement presque outrancier de certaines plages au profit des émotions et des atmosphères qu’elles distillent. Preuve de talent, ça marche.

Article écrit par Sowilo le samedi 16 mai 2015 à 18:56

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Sweet Kisses

Souvenir, souvenir, quand tu me tiens. Lors d'une de mes nombreuses péripéties dans une grande enseigne culturelle, je découvrais le 2 juillet 2000, le 1er opus "Sweet Kisses" de Jessica Simpson. Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette interprète américaine a émergée en 1999, en pleine période de musique pop-teenage, mouvement musical succédant à la période boys band. Dans ce sillage, naquirent les princesses de la pop comme Britney Spears, Christina Aguilera et autres Mandy Moore. Le principe est alors le suivant : prendre des jeunes femmes généralement blondes, les faire chanter des textes sulfureux, ajoutez-y un coup de provocation et le tour est joué. Résultat : elles deviennent des phénomènes dont le seul objectif est de vendre des disques. Ainsi, les opus "Baby One More Time" de Britney Spears et l'album éponyme de Christina Aguilera sont des succès internationaux qui excelleront de part leurs provocations et autres coups de marketings en tous genres. Mais l'album "Sweet Kisses" de Jessica Simpson est bien différent de celui de ses consoeurs.

cover

La bande à Renaud

Je vais pas me faire des amis dans la scène dite musicale, car je viens d'écouter l'album de La Bande à Renaud. Mouais, déjà le titre m'a un peu hérissé le poil. Dans la soi-disant bande à Renaud, j'aurais plutôt mis Coluche, Bruant, Miou-Miou ou Romain Bouteille, Audiard, Pagnon, etc. Ecoutez sa chanson 'Mon bistrot préféré', vous verrez. Mais bon, ils sont soit morts, soit pas des chanteurs, alors je me lance dans l'écoute, plein de bonne foi. Et la rage m'emportera.

cover

Temples, Idols and Broken Bones

Bon, par où je commence moi ? Rufus Bellefleur, c’est un zombie qui habite un marécage dégueulasse en Louisiane, et qui s’exprime à travers un mélange de rap, de country et de rock. Oui, ça va peut-être un peu vite… On va reprendre tranquillement au départ.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !