cover

Savage Sinusoïd

Article écrit par Nana Scleurnk le mercredi 12 juillet 2017 à 17:27
likeslikeslikeslikes
4 personne(s) ont aiméAdd Like
Voilà un bien drôle de nom pour un album bien particulier. Je vous avait présenté l’artiste Igorrr et sa musique inclassable il y a quelques temps. Et bien son nouvel album vient tout juste de sortir et, comme d’habitude, c’est une tuerie !


Artiste : Gauthier Serre, alias Igorrr

Label : Metal blade records

Site Officiel : www.igorrr.com

preview

« Wrrrrrraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!!!!!  Aaaaaaaah !!! Aaaaah !!!!!!»

C’est comme ça que l’album commence. Et ça pose tout de suite l’ambiance !
On y retrouve la formule qui nous plaisait dans ses autres disques (que j’avais présentés ici : Igorrr) : la folie, l’ingéniosité, les explosions musicales et les bruits de poulet. Du classique, du métal, du hard-core, du chant lyrique, du chant guttural, des cris (de douleur?). De la gratte, de l’orgue, des violons, de l’accordéon et de la flûte à bec. Bref, tout ce qu’il faut pour passer un bon moment !

Au chant féminin, c’est encore la talentueuse Laure Le Prunenec qui s’y colle. Sa voix, qui est pour moi une vraie merveille, est désormais indispensable à la musique Igorrresque. (D’ailleurs, Gauthier Serre et elle ont aussi formé ensemble « Corpo Mente », dont le premier album est tout à fait fabuleux, et je compte bien vous en parler bientôt!) Du côté du chant masculin, c’est de nouveau Laurent Lunoir et sa voix torturée. On retrouve également Sylvain Bouvier et son énergie de ouf à la batterie. Et comme la réalisation de Savage Sinusoïd avait pour vocation d’être sample-free, Serre a invité pas mal d’autre zicos à venir enregistrer, comme Teloch le guitariste de Mayhem ou encore Travis Ryan de Cattle Decapitation… On les voit à l’œuvre dans cette petite vidéo sympathique.

Igorrr rassemble des milieux différents grâce à sa musique à l’esprit loufoque. Cela se voit particulièrement à travers ses concerts, qu’il donne tant en festival métal qu’en rassemblement électro, et même parfois à l’opéra (concert disponible sur Arte, à voir!)… De gros festoches en petites organisations alternatives… On l’a retrouvé par exemple cette année au HellFest et quelques jours après à un petit festival éco-citoyen, le « What the Fest ? », installé sous les arbres d’un coin de Vendargues, petit bled tranquillou de l’Hérault. Le meilleur, c’est qu’il prend vraiment plaisir à être là, à jouer pour son public, devant 300 personnes ou devant plusieurs milliers. Des artistes comme lui, ça met du baume sur nos cœurs dans ce monde de brutes !

Pour en revenir à l’album, il est très bon, tout comme ses prédécesseurs ! Alors, c’est sûr que si tu n’accrochais pas avant, tu risques de ne pas être très fan. Je te conseille quand même de réessayer, parce que ça vaut le coup… Par contre, si tu avais déjà bien apprécié alors il faut foncer !

Et pour donner envie… Voilà un petit clip, et une petite vidéo musicale ! Ouvre bien grand tes oreilles et tes chakras !

preview
Article écrit par Nana Scleurnk le mercredi 12 juillet 2017 à 17:27

Commentaires

Je les ai entre-vu en festival il y a peu, la fin du concert seulement (Ultra Vomit oblige). C’est sacrément tordu, mais intéressant. Un des mec est resté seul sur scène à la fin pour trifouiller des trucs électroniques, même ça c’était assez hors norme. C’est dur de statuer sur ce genre de truc, c’est de l’art. On accroche ou pas. Leur cote est en train de grossir en tout cas on dirait. Pourquoi maintenant, allez savoir, mais tant qu’ils ne se rangent pas dans une case pour autant…

Ecrit par Sowilo le mercredi 02 août 2017 à 19:54

Oui Oui, le concert est assez fou aussi! On retrouve bien l'univers particulier de sa musique... Et effectivement, on aime ou on aime pas, mais je crois qu'on ne peut pas rester complètement indifférent!

Ecrit par Nana Scleunrk le jeudi 10 août 2017 à 22:45

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Naive : Altra

On reste cette fois encore loin des ondes et des formats musicaux standards. Pourtant, voici de la musique qu’on ne doute pas avoir été faite avec les tripes. Beauté métallique au menu.

cover

The life and times of Scrooge

Pour le leader de Nightwish, le succès est une chance de s’ouvrir de nouvelles portes. Il le montre régulièrement avec son groupe. Les moyens croissants mis à sa disposition sont des opportunités de réaliser des rêves, de tenter des choses différentes.

cover

Deconstruction : Devin Townsend Project

Continuons à décortiquer la tétralogie du Devin Townsend Project. Il y a eu Ki, il y a eu Addicted, voici Deconstruction, le cap difficile avant la sérénité.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !