cover

Sweet Kisses

Article écrit par Remix42 le dimanche 20 novembre 2016 à 10:11
likeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikes
16 personne(s) ont aiméAdd Like
Souvenir, souvenir, quand tu me tiens. Lors d'une de mes nombreuses péripéties dans une grande enseigne culturelle, je découvrais le 2 juillet 2000, le 1er opus "Sweet Kisses" de Jessica Simpson. Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette interprète américaine a émergée en 1999, en pleine période de musique pop-teenage, mouvement musical succédant à la période boys band. Dans ce sillage, naquirent les princesses de la pop comme Britney Spears, Christina Aguilera et autres Mandy Moore. Le principe est alors le suivant : prendre des jeunes femmes généralement blondes, les faire chanter des textes sulfureux, ajoutez-y un coup de provocation et le tour est joué. Résultat : elles deviennent des phénomènes dont le seul objectif est de vendre des disques. Ainsi, les opus "Baby One More Time" de Britney Spears et l'album éponyme de Christina Aguilera sont des succès internationaux qui excelleront de part leurs provocations et autres coups de marketings en tous genres. Mais l'album "Sweet Kisses" de Jessica Simpson est bien différent de celui de ses consoeurs.


Dès l'écoute du 1er titre et 1er single "I Wanna Love You Forever", ballade au texte romantique, je suis absolument scotché par la technique vocale impressionnante de cette interprète. De plus, ce morceau débutant par une guitare latine, me fait penser immédiatement à "My All" de Mariah Carey, avant que mon ressentiment évolue plus vers les grandes ballades de Céline Dion. Normal : Jessica est signée chez Columbia, label qui a lancé ces deux artistes aux capacités vocales exceptionnelles. Par ce biais, cela démontre alors deux choses : que Jessica est une vocaliste hors-pair et secondement, l'aspect général de l'opus : mature et romantique.

La seconde piste "I Think I'M In Love With You", tout comme les titres "Final Hertbreaker", "I've Got My Eyes On You", "Betcha She Don't Love You", s'inscrivent dans la musicalité de cette ère : bubblegum-pop, mais s'en détachent de leurs textes toujours aussi romantiques et matures, choses qui pour ma part, furent contradictoires pour l'époque, car ces titres formatés radios, qui étaient donc ciblés pour les jeunes, furent pour les trois quarts, d'une niaiserie aussi effarentes qu'insupportables, voir pour certains carrément vulgaires. On se souvient tous de Britney Spears qui chantait "Bébé frappe-moi encore" ou de Christina Aguilera qui fredonnait "Frotte là où il faut" et du "Sucre qui fond en moi", comme le Candy de Mandy Moore.
De ce fait, ils donnent une image plus commerciale à cet opus, permettant de rivaliser avec ses consoeurs, mais évitent à son interprète de tomber dans la provocation, même si, à mon avis, la voix de Jessica, ainsi que son univers mature via les ballades, peuvent se passer de ce côté marketing que je n'aime pas.

Les morceaux "Where You Are" en duo avec Nick Lachey, "My Wonderful", "Sweet Kisses" et "Heart Of Innocence", sont similaires de part leurs structures et textes matures à la 1ere piste de l'enregistrement. De ce fait, l'ambiance intime véhiculée par le 1er single qui fut effacée par les titres pop, se voit alors rétablie, voire, à mon opinion, renforcée. L'extrait "Woman In Me" en duo Destiny's Child, qui dévoile un côté féministe, me surprend, car c'est un titre r&b dans un album de ballades et de pop. Il démontre que la voix de Jessica peut se marier à n'importe quels styles.
Mais le bijou de ce disque est incontestablement le dixième titre "Your Faith In Me", oeuvre dédiée à sa grand-mère, qui complétée par un octave magistral de l'interprète sur des choeurs gospel, rivalise avec ceux posés dans les chansons "Can't Let Go" de Mariah Carey paru en 1991 et "Love Can Move Moutains" de Céline Dion sorti en 1992, dont j'en ressens tout le long l'influence. Avec ce titre, Jessica se détache de l'image formatée des Britney Spears, Christina Aguilera et Mandy Moore, en se forgeant la sienne : celle d'une vocaliste sur qui il faudra compter à l'avenir et non celle d'un produit marketing éphémère. Elle est donc plus a ranger du côté de ses consoeurs du label Columbia comme Celine Dion, Barbra Streisand et Mariah Carey, qu'une Britney Spears, Christina Aguilera et autres Mandy Moore. Preuve en est avec le choix des singles effectué pour la promotion de cet opus. Il y a deux ballades et un titre pop-dansant et non une majorité de titres dansants ciblés pour la jeunesse comme la majorité des premiers singles de Britney Spears, Christina Aguilera et Mandy Moore.

Pour conclure, ce disque a marqué mon adolescence via l'insouciance des titres pop qu'il véhiculait. À l'époque, je les écoutais en boucle, au détriment des ballades que je n'écoutais que rarement. Seize ans plus tard et après sa réécoute, ce disque continue de me bouleverser. Mais cette fois-ci, c'est de part les textes matures absolument sublimes, ainsi que de part la technique vocale magistrale, que l'interprète octroie à ses ballades. De ce fait, j'écoute plus les titres romantiques d'un point de vue critique et adulte que les morceaux dansant. Cela me fait prendre conscience que c'est le seul et unique disque de ma collection, que j'ai écouté de deux points de vue et à deux époques différentes de ma vie. Et rien que pour ça, je vous le recommande.

Article écrit par Remix42 le dimanche 20 novembre 2016 à 10:11

Commentaires

Comparer ''Baby One More Time'' et ''Sweet Kisses'' est en 1er abord légitime, car ils sont sortis à la même période. Mais lorsque j'écoute les deux opus avec du recul, c'est comme-ci on comparait de la biquette à un vin millésimé. Britney Spears est marketée, provocatrice et ultraformatée, tandis que Jessica Simpson, a une voix et un disque qui s'adresse à un public adulte (et oui son label Columbia a toujours produit d'excellents 1er disques lorsqu'il signe de nouveaux artistes et Jessica Simpson ne déroge pas à cette règle). A mon avis, hormis son talent, Jessica Simpson a été engagée pour rivaliser avec Britney, Aguilera et Moore, mais aussi et surtout pour combler l'absence de Mariah Carey qui était en train de partir de ce label.

Ecrit par Joachim le mardi 22 novembre 2016 à 01:23

Jessica a une image plus simple et naturelle que celle ultracommerciale de Britney.

Ecrit par Cécilia le vendredi 23 décembre 2016 à 01:27

J'ai connu Jessica Simpson dans la b.o. de Dawson. Elle a une voix incroyable

Ecrit par JeromeB le vendredi 03 février 2017 à 15:28

J'adore cette femme, elle est simple et sa musique est cool.

Ecrit par Dereck le jeudi 27 avril 2017 à 08:51

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Boulevard des Airs : Bruxelles

C’est festif sans être idiot, ça fait plaisir un peu à tout le monde sans être vide, c’est donc un de mes albums de l’été, sans hésiter.

cover

Deconstruction : Devin Townsend Project

Continuons à décortiquer la tétralogie du Devin Townsend Project. Il y a eu Ki, il y a eu Addicted, voici Deconstruction, le cap difficile avant la sérénité.

cover

Klone : Unplugged

Vous vous souvenez des MTV Unplugged ? C’est cette émission occasionnelle américaine où des artistes se produisaient en acoustique qui a donné lieu à quelques sorties d’albums mémorables, parmi lesquelles Nirvana ou Eric Clapton. Nos petits français de Klone n’en sont peut-être pas là mais ils s’en inspirent très fortement pour sortir cet Unplugged, enregistré sans public mais dans les conditions du live. C’est prétentieux ? Franchement, peu importe, c’est le résultat qui compte. Je vous avais parlé de Klone avec l’album Here Comes the Sun, je me permets d’insister aujourd’hui après avoir écouté Unplugged.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !